Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jhade Montpetit
Audio fil du samedi 1 décembre 2018

Un ancien candidat conservateur à Timmins déchiré

Publié le

Yvan Génier pose pour la caméra.
L'ex-candidat progressiste conservateur de la circonscription de Timmins, Yvan Génier.   Photo : Radio-Canada / Twitter/@YvanGenier

Alors que la francophonie canadienne se mobilise samedi pour des manifestations partout au pays, l'ancien candidat du Parti progressiste-conservateur dans la circonscription de Timmins, dans le Nord de l'Ontario, est déchiré entre sa fierté linguistique et les problèmes économiques auxquels fait face la province.

En plus d'être un ancien politicien, Yvan Génier est un homme d’affaires qui a appris à ses enfants comme à ses clients comment bien gérer leurs finances. C'est ce qu'il souhaite que la province fasse.

C’est tellement difficile. J’aimerais être capable de prendre position, mais c’est déchirant. Je suis le premier à encourager tout le monde à prendre notre place pour la francophonie ontarienne, dit M.Génier, qui s'est notamment battu pour la création des collèges francophones dans les années1990.

Le principal intéressé dit ne pas disposer de l’information nécessaire pour conclure si la justification économique du gouvernement Ford tient la route.

On est endetté de 348milliards de dollars en Ontario. Ça n’a pas de rapport avec le français, l’anglais ou le chinois. C’est un fait économique.

Yvan Génier

Les trois fois où on a eu des grosses manifestations [pour la préservation des droits des francophones], c’était le gouvernement conservateur qui était au pouvoir, se souvient-il. Ça démontre que le parti conservateur, c’est vraiment le seul qui est responsable fiscalement. La première chose qu’il va faire, c’est qu’il va couper où il pense que c’est bon [de couper].

M.Génier précise qu'il ne défend pas M. Ford et son gouvernement. Il insiste sur le fait qu'il est conservateur pour des raisons fiscales.

Chargement en cours