Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jhade Montpetit
Audio fil du samedi 14 juillet 2018

Le mur végétal de l’Université d’Ottawa, un filtre à air naturel

Publié le

Des plantes accrochées à un mur
Le mur végétal de la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Ottawa   Photo : Radio-Canada / Jean-Denis Scott

En plein cœur de la Faculté des sciences sociales de l'Université d'Ottawa se dresse maintenant depuis six ans un mur verdoyant, telle une oasis tropicale au milieu d'une jungle urbaine de béton, d'acier et de verre.

Ce mur de plantes, qui atteint près de 24 mètres de haut, est accessible gratuitement au public.

« J’appelle ça un jardin vertical. C’est un mur-jardin et celui-ci [équivaut à] six étages. C’est le plus haut en Amérique du Nord », explique Michel Gauthier, gestionnaire de la Promenade des jardins, un organisme qui a pour but de faire découvrir les jardins d’Ottawa et de Gatineau.

Le mur végétal a pour avantage d’améliorer la qualité de l’air, tout en réduisant les bruits et en permettant des économies énergétiques.

Un mur végétal vu de haut.
Le mur mesure 24 m. Photo : Radio-Canada/Jean-Denis Scott

« Les micro-organismes qui sont créés par tous les sucres de la photosynthèse vont filtrer l’air, vont manger [les particules dans l’air]. Donc on vit en symbiose avec ces micro-organismes qui sont dans les racines », précise le responsable des opérations pour l’Université d’Ottawa, Alexis Michaud.

Le mur végétal demande les mêmes soins qu’un jardin, à la différence que les plantes ne sont pas en terre.

C’est hydroponique, il n’y a pas de substrat. Donc, il n’y a pas de terre derrière le mur. En plus d’être un jardin, c’est aussi un système de récupération d’air. Ça purifie l’air dans le bâtiment, naturellement.

Alexis Michaud, responsable des opérations pour l’Université d’Ottawa

La structure compte une douzaine d’espèces de végétaux. Les philodendrons sont ceux qui se sont le mieux adaptés. Certains sont même là depuis le début.

De nouvelles variétés sont introduites régulièrement afin de voir comment elles s’acclimatent, mais il n’y a pas de fleurs, parce que les conditions lumineuses ne sont pas suffisantes.

L’entretien se fait une fois par mois et les plantes mortes sont remplacées par des neuves. L’opération est spectaculaire, puisqu’elle se fait grâce à une sorte de nacelle qui descend le long du mur, un peu comme les laveurs de vitres des édifices à étages.

Les espèces qui s’adaptent bien :

  • Le monstera
  • Le philodendron
  • Le dracaena
  • La schefflera
  • Le spathiphyllum

Chargement en cours