•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les malins

Avec Jhade Montpetit

Samedi de 7 h à 11 h

De « p’tite fille » à grande dame de la francophonie

Rattrapage du samedi 26 septembre 2020
Une jeune femme assise à une table dans un café sourit à la caméra

Amanda Simard, députée libérale ontarienne de la circonscription de Glengarry-Prescott-Russell

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

L'histoire avec un grand H se souviendra d'Amanda Simard comme étant la jeune députée qui a tenu tête à son chef et son gouvernement. On se rappellera d'elle comme de l'héroïne qui a défendu les droits des francophones de l'Ontario. Mais que sait-on réellement de ses motivations? D'où lui est venu ce courage?

Au cours d’une entrevue diffusée samedi matin à l’émission Les Malins, Amanda Simard a fait la preuve que sa détermination dans son combat n’est pas le fruit du hasard, même si plus jeune elle n’a jamais eu l’âme d’une militante.

À l’école, je n’étais pas impliquée dans les conseils d’élèves ou dans la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO), a-t-elle confié à l’animatrice Jhade Montpetit. J’étais plutôt dans les sports et je faisais de la danse.

En revanche, elle était très portée sur les gens, à l’image de ses parents et grands-parents. D’aussi loin qu’elle peut se souvenir, il a toujours régné au sein de sa famille un esprit communautaire. Mes parents sont très people. Ils adorent les gens, les foules, le public. Mes grands-parents étaient pareils, a-t-elle révélé.

Je ne pensais pas de devenir politicienne…

Amanda Simard

Rien ne prédestinait Amanda Simard à une vie politique, mais une série d’événements ont influé le cours de sa vie.

La lutte pour la sauvegarde de l’hôpital Montfort, le débat sur l’affichage bilingue à Russell, un emploi au Sénat et des études en droit à l’Université d’Ottawa ont chacun entraîné la jeune femme un peu plus sur la voie de l’engagement public.

La crise linguistique de l’Ontario

À propos des événements qui l’ont propulsée sur le devant de la scène politique, Amanda Simard a révélé ceci : C’est ça qui est surprenant. Je ne m’attendais pas à ça du tout, du tout!

Elle admet avoir été prise de court par l’ampleur de la situation. Elle s’est sentie très seule, sans ressource et sans équipe. Elle a eu peur de ne pas être à la hauteur de la tâche et des espoirs placés en elle.

Je remercie M. Ford et son gouvernement car sans la crise linguistique, je n’aurais pas pu être la politicienne que je suis aujourd’hui.

Amanda Simard

Je ne pensais pas que ma décision aurait un tel impact, mais dans le fond je suis contente parce que cela a vraiment démontré l’importance [de la francophonie] dans notre communauté, a-t-elle soutenu.

Le gouvernement, je pense qu’il y pensera à deux fois avant de faire quelque chose de ce genre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi