Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jhade Montpetit
Audio fil du samedi 26 janvier 2019

Quand le désir d’être parents l’emporte sur l’âge et les statistiques

Publié le

Un homme est en entrevue et parle dans un micro. En arrière-plan, sa conjointe le regarde en tenant leur fils dans ses bras.
Au micro de Jhade Montpetit, Michel Bourgeois se confie sur l'aventure de devenir père à l'aube de la cinquantaine.   Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Michel Bourgeois, 49 ans, et Élyse Dubois, 32 ans, sont les parents du petit Louis qui a 5 mois. Né d'une histoire d'amour qui dure depuis 10 ans déjà, le petit bonhomme est la preuve concrète que ni la différence d'âge ni les statistiques de fertilité ne sont assez puissantes pour freiner le désir de former une famille.

À 34 ans, Michel Bourgeois est un papa comblé par le sourire contagieux de sa fille Noémie. Lui-même enfant unique, il passe sous le bistouri pour subir une vasectomie, considérant que sa famille est complète.

La vasectomie est une intervention qui consiste à sectionner les canaux déférents et empêcher ainsi les spermatozoïdes de se rendre des testicules au pénis.
Cette intervention n'a pas d'impact sur la capacité à éjaculer: la seule différence est que le sperme ne contient plus de spermatozoïdes.

Source : Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN)

Quatre ans plus tard. Michel fait la rencontre d’Élyse Dubois, 22 ans, dont il tombe rapidement sous le charme. Sa douce s’empare non seulement de son coeur, mais sème aussi l’idée de fonder une famille avec lui. S’ensuit alors un tourbillon d’émotions, de questionnements et de longues discussions.

Pourtant 16 ans séparent les amoureux qui, après mûre réflexion, décident qu’ils aimeraient éventuellement concevoir un enfant ensemble. Bien qu’ils ne soient pas prêts du tout à accueillir un bébé, le temps presse pour Michel. Il doit subir une vasovasostomie, l’opération qui vise à raccorder les canaux déférents, le plus tôt possible pour améliorer ses chances de recouvrer sa fertilité.

« Sur le site, ça disait : ‘’les chances de réussite après trois ans de vasectomie sont à 70%. Ça, c’est après trois ans. Moi, je suis allé me faire faire l’intervention après huit ans », explique-t-il.

Il se passe ensuite six ans entre ladite opération et le moment où, finalement, le couple décide qu’il est fin prêt à concrétiser son projet de famille. Surprise! La conception est très rapide. À l’aube de la cinquantaine, Michel Bourgeois sera papa pour la deuxième fois, près de 20 ans après son premier enfant.

« Ça fait 10 ans que je suis avec Élyse, on s’aime, ça va bien, c’est une belle continuité de notre relation », explique le papa comblé. « Là, je peux profiter du moment et je le sais que c’est tellement précieux. »

Plus expérimenté maintenant, Michel souhaite être un modèle pour son fils : « le sentiment d’être confiant, d’être solide. Forcément, la vie c’est ça : vieillir, c’est la beauté, comme on dit, la sagesse. C’est ce que je souhaite démontrer : le calme, la solidité, ne pas être en panique quand il y a quelque chose qui va arriver, que tout va bien aller », confie-t-il.

Chargement en cours