•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un été à deux roues  :  le Sentier des voyageurs, le plaisir de pédaler en ville

Les malins

Avec Jhade Montpetit

Samedi de 7 h à 11 h

Un été à deux roues  :  le Sentier des voyageurs, le plaisir de pédaler en ville

Rattrapage du samedi 18 juillet 2020
Un sentier asphalté dans un parc avec plusieurs arbres.

On vous propose une petite randonnée sur le sentier des Voyageurs entre la marina du secteur Aylmer et la plage Moussette à Hull.

Photo : Radio-Canada / Photographe : Jean Gagnon

À chaque émission, un cycliste de la région nous fait découvrir son circuit de vélo préféré, question d'encourager les auditeurs à enfourcher leur bicyclette et de partir à l'aventure. Cette semaine, Jean Labonté, ancien capitaine de l'équipe nationale de hockey sur luge, nous propose une promenade sur la partie du Sentier des voyageurs qui se trouve entre les secteurs d'Aylmer et de Hull.

Une carte du sentier des Voyageurs.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le plaisir de pédaler en ville.

Photo : Radio-Canada

À chaque randonnée c’est immanquable mon vélo à main attire la curiosité de tous, raconte M. Labonté, résident d’Aylmer et athlète paralympique. Puisqu’ils me fixent déjà du regard, j’ai donc pris l’habitude de saluer ceux et celles que je croise.

Il y a un segment de piste cyclable où j’ai salué plus que ma part de gens, poursuit-il. Un segment qui fait partie intégrante de ma vie et que j’ai parcouru d’innombrables fois.

Bienvenue sur le sentier des Voyageurs! Jean Labonté propose une petite randonnée sur le segment situé entre la marina du secteur Aylmer et la plage Moussette à Hull.

Type de vélos recommandés : Hybride et vélo de route.
Surface du circuit : Route asphaltée.
Difficulté : Facile .
Dénivellation : Aucune pente.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le sentier des Voyageurs en bref.

Photo : Radio-Canada

Ce chemin Jean Labonté le connaît par coeur. Cette route a longtemps été une seconde maison pour lui.

Au début, [je l’ai parcouru] par nécessité — ou, plus précisément, comme complément à mes entraînements — , pour son accessibilité aussi, mais aujourd’hui c’est pour sa beauté, admet-il.

Ce tracé me permet d’admirer la rivière des Outaouais dans toute sa splendeur, d’observer la faune et même de voyager dans le temps!

Jean Labonté

C’est un tracé qui a l'avantage d’avoir très peu de dénivelé et, donc, qui est accessible à toute la famille, indique l’Aylmerois. Et comme des gens de tout âges s’y promènent à pied ou à vélo, prudence et respect des limites de vitesse sont de mise.

Un cycliste sur un pont en bois au milieu d'une forêt.

Légende

Photo : Avec la gracieuseté de Jean Labonté

Nul besoin de se presser sur cette piste, recommande Jean Labonté, car elle a tellement à offrir que vous n’aurez d’autres choix que de ralentir et de profiter de ce qui vous entoure.

En commençant par les vues imprenables sur la rivière des Outaouais. Elles sont une invitation à faire un arrêt et à admirer ce magnifique cours d’eau, décrit le cycliste en pleine extase.

Jean Labonté prend une pause devant les ruines des rapides Deschênes

Jean Labonté pose dans le magnifique secteur des rapides Deschênes. En arrière-plan, on aperçoit les ruines.

Photo : Gracieuseté de Jean Labonté

Ensuite, le secteur des rapides Deschênes vaut à lui seul le détour. C’est sans contredit mon endroit préféré du parcours!, enchaîne M. Labonté.

C’est un lieu enchanteur et chargé d'histoire qui permet d’admirer la nature environnante.

Jean Labonté

À elles seules, les rapides représentent tout un spectacle, dit-il. Il est possible de les admirer de très près et d’apprécier toute leur puissance.

La faune, à cet endroit, est également particulière, poursuit le cycliste, notamment pour la centaine d’oiseaux nicheurs se trouvant sur l’île Conroy, pour les échassiers et pour les canards qui occupent le secteur du pont de bois lors des crues printanières.

L'ancien barrage des rapides Deschênes

Les ruines se trouvent dans la rivière des Outaouais, dans les environs du secteur d'Aylmer.

Photo : Radio-Canada / Trevor Pritchard

En même temps, admirer les rapides Deschênes c’est aussi suivre un cours d’histoire! Les ruines du barrage rappellent que c’est à cet endroit que la première centrale hydroélectrique de l'Outaouais a vu le jour, en 1896.

Le site est aussi reconnu comme étant un portage obligé pour les membres Premières Nations et les coureurs des bois qui empruntaient la rivière des Outaouais.

Un bord de cours d'eau.

Légende

Photo : Avec la gracieuseté de Jean Labonté

Plus à l’est, près du pont Champlain, lorsque le niveau de l’eau est assez bas, on peut y admirer des stromatolithes fossilisés vieux de 500 millions d’années et, même, marcher dessus, avance Jean Labonté.

Ces formations calcaires abritaient les premières formes de vie terrestre!

Jean Labonté

Pour conclure, ce périple urbain, peu importe votre direction, vous mène à l’une des deux plages qui se trouvent à chaque extrémité du circuit.

Si vous empruntez cette piste cyclable dans le futur, vous y verrez peut-être un cycliste en vélo à main qui vous salue, lance M. Labonté en guise d'au revoir. « Au plaisir de vous y croiser! »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi