•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entre les deux mon coeur balance  :  Qui entre Ottawa et Gatineau est la reine de l’art urbain?

Les malins

Avec Jhade Montpetit

Samedi de 7 h à 11 h

Entre les deux mon coeur balance  :  Qui entre Ottawa et Gatineau est la reine de l’art urbain?

Rattrapage du samedi 11 juillet 2020
L'oeuvre « Humanitude » de l'artiste Serge Olivier Fokoua.

Qui, entre Ottawa et Gatineau, fait la meilleure place à cette forme d’art?

Photo : Radio-Canada / Artiste : Serge Olivier Fokoua

Le reporter culturel Kevin Sweet et la réalisatrice Valérie Lessard n'en sont pas à une discussion près. Dans la salle des nouvelles de Radio-Canada à Ottawa, leurs échanges prennent parfois des dimensions épiques — à la hauteur de la passion qui les anime. L'art urbain est un thème qui les rapproche et les divise à la fois. S'ils s'entendent pour dire que la région foisonne d'oeuvres de qualité, leurs opinions divergent quant à savoir qui, entre Ottawa et Gatineau, fait la meilleure place à cette forme d'art.


Une sculpture représentant un animal faite de cylindres de fer.

« Ronrond » trône sur un pilier tout près des édifices gouvernementaux de la rue Laurier et Eddy dans le secteur Hull

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Où sont ces oeuvres?

C’est Valérie Lessard qui a eu l’honneur et le privilège de lancer ce débat en défendant les oeuvres à Gatineau. Son attention s’est tout d’abord portée sur les productions artistiques situées à l’ouest de ville. L’art urbain ça s’exprime sur les murs, mais à Aylmer ça s’exprime également sur les trottoirs qui ont été peints par des artistes de la région pour embellir et donner envie aux gens de se promener dans leur quartier.

Il y a toutes ces couleurs, tout ce beau qui nous attend et nous permet de renouer avec l’esprit même de cette région qui est la nôtre.

Valérie Lessard, réalisatrice, Radio-Canada à Ottawa

Elle a ensuite encouragé les auditeurs à emprunter le Sentier culturel qui traverse le Vieux-Hull et, depuis cet été, s'exporte au-delà du centre-ville de Gatineau. Le sentier permet entre autres d’admirer l'immense murale de 5800 pieds carrés que l’artiste José Guénette a créée pour rappeler l’histoire de ce secteur et de découvrir l’oeuvre de l’artiste portugais Boradalo II, créée à partir de débris trouvés dans des usines abandonnées.

Le montage présente trois photos; on y voit le sentier longeant le ruisseau de la Brasserie et traversant la Place du Portage.

Le Sentier culturel propose de découvrir 10 sites dans le Vieux-Hull, en suivant une ligne rouge sur 3 km.

Photo : Radio-Canada

Kevin Sweet pour sa part a défendu les productions artistiques qui se trouvent à Ottawa en rappelant que 1 % du budget octroyé à des projets d'infrastructure municipaux est investi dans l’art public. On voit, au premier coup d’oeil, que cet investissement porte déjà des fruits, juge-t-il.

À Ottawa, des efforts sont faits pour que l’art fasse partie de l’aménagement paysager.

Kevin Sweet, reporter culturel, Radio-Canada à Ottawa

Pensez notamment à tous ces chats faits en bronze de l’artiste Jean-Yves Vigneault situés près du stationnement intérieur de la rue Murray; aux deux bergers peints en bleu qui se tiennent debout sur des moutons dans la Cour des arts; à toutes ces oeuvres autochtones parsemées ici et là au centre-ville; aux marches peintes et à l’oeuvre Twist du parc Major’s Hill; à Maman, cette araignée géante confortablement installée devant le Musée des beaux-arts.

Une sculpture d'araignée en fer forgé devant un musée

La sculpture de Louise Bourgeois « Maman » devant le Musée des Beaux-Arts du Canada, à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Certaines oeuvres sont même devenues des attractions touristiques. Les monuments historiques qui se trouvent sur la colline du Parlement attirent à elles seules des milliers de touristes chaque année. Et que dire des belles grosses lettres O-T-T-A-W-A localisées dans le marché By et sur la rue Sparks? Ces deux installations sont devenues de belles cartes de visite pour la capitale nationale, a soutenu le reporter.

Deux dames sont assises dans l'immense ''O'' des lettres OTTAWA.

Les grosses lettres du Village de l'inspiration ont retenu l'attention tout au long de l'été, dans le marché By, à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / CBC/Trevor Pritchard

Des oeuvres pérennes?

C’est bien beau, mais est-ce qu’Ottawa peut se vanter d’avoir des projets aussi innovants que Recycl’art?, s’est demandé Valérie Lessard. Ce projet rassemble des artistes qui ont reçu le mandat de créer des oeuvres à partir de matériaux recyclés. Le monstre de la révolution vert, une créature sauterelle composée de différentes pièces récupérées de l’industrie de la production agroalimentaire, fait un bel écho à cette fameuse Mama, soutient-elle.

Un des bémols de l’art du côté de Gatineau, c’est que des fois c’est éphémère, a répliqué Kevin Sweet, laissant entendre que la plupart des oeuvres ne sont plus là une fois l’hiver venu. Alors que du côté d’Ottawa, toutes ces magnifiques sculptures, ces statues et monuments que je vous ai mentionnés sont là à longueur d’année.

Une murale dans la station Lyon du train léger d'Ottawa.

Une oeuvre de la station Lyon est réalisée par Geoff McFetridge.

Photo : Radio-Canada

La question qui tue

Est-ce que Gatineau et Ottawa soutiennent et donnent suffisamment d’espace à l’art urbain — un concept relativement nouveau? a demandé l’arbitre et animatrice Mélanye Boissonneault.

À Gatineau, on sent qu’il y a des initiatives, a répondu Valérie Lessard rappelant que de nouvelles murales et certains projets d'embellissement s’étendront au-delà du centre-ville [à Buckingham, par exemple]. Est-ce que c’est assez? D’aucuns pourront dire qu’on a encore plus besoin de beau pour se faire du bien à l’âme par les temps qui courent, a poursuivi la réalisatrice, glissant au passage que la ville de Gatineau y met elle aussi 1 % de son budget.

De son côté, Kevin Sweet croit qu’il y a beaucoup d’effort mis de l’avant par l’administration pour créer de l’art public à Ottawa, mais il déplore le manque de promotion. Je pense qu’il pourrait y avoir des efforts pour créer un parcours sur lequel les gens pourraient se promener et découvrir [ces oeuvres], a-t-il expliqué. Le reporter rêve au jour où la ville d’Ottawa aura — ironiquement — elle aussi son propre sentier culturel.

Une oeuvre constituée de deux rangées superposées de branches blanches suspendues.

L'oeuvre Beyond the sea - Voyage, de Margit Hideg, dans son état original.

Photo : Courtoisie

Faites-nous part de votre opinion

Le duel s’est terminé avec élégance où chaque adversaire s’est envoyé des fleurs en reconnaissant les efforts déployés par chacune des deux municipalités pour faire épanouir l’art urbain. C’est maintenant à vous de trancher et de dire de quel côté votre coeur balance.

Vous pouvez faire part de vos commentaires en écrivant à l’adresse électronique lesmalins@radio-canada.ca (Nouvelle fenêtre) ou en téléphonant au 613.288.6100.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi