Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphane Garneau
Audio fil du jeudi 22 novembre 2018

Alexandre Despatie : plonger pour gagner

Publié le

Alexandre Despatie montre fièrement sa médaille en souriant.
Alexandre Despatie et sa médaille d'argent au tremplin de 3 m des Jeux olympiques de Pékin   Photo : Getty Images / Martin Bureau/AFP

Alexandre Despatie a été intronisé au Panthéon des sports canadiens le mois dernier, 20 ans après avoir causé la surprise en devenant le plus jeune champion de l'histoire des Jeux du Commonwealth grâce à une médaille d'or qu'il a remportée à la tour de 10 mètres. Le plongeur avait alors à peine 13 ans. Depuis, il est devenu une icône du sport québécois et canadien. Il revient sur sa carrière avec Marie-José Turcotte.

En 1998, la carrière sportive de l'adolescent Alexandre Despatie a pris son envol de manière fulgurante lors de son premier voyage outre-mer, en Malaisie. À l’époque, c'était sa mère qui préparait encore sa valise pour lui, se rappelle-t-il. Son entraîneur avait commencé à l'inscrire à des compétitions pour adultes quelques mois plus tôt. Il a finalement terminé, à Kuala Lumpur, sur la plus haute marche du podium.

« À partir de ce moment-là, les médias et l’attention des gens ont commencé à [prendre] une grande partie de ma vie, raconte aujourd’hui l’athlète. Jamais je ne pouvais imaginer que j’avais la capacité de gagner cette épreuve-là. »

Ça me donnait juste faim pour en avoir un petit peu plus.

Alexandre Despatie, ex-plongeur, à propos de sa première grande victoire dans une compétition internationale pour adultes
Alexandre Despatie, 13 ans, dans les bras du Britannique Tony Ali après avoir remporté la médaille d'or au tremplin de 3 mètres aux Jeux de Commonwealth, le 20 septembre 1998, à Kuala Lumpur, en Malaisie.
Alexandre Despatie, 13 ans, dans les bras du Britannique Tony Ali après avoir remporté la médaille d'or au tremplin de 3 m aux Jeux de Commonwealth, le 20 septembre 1998, à Kuala Lumpur, en Malaisie. Photo : La Presse canadienne/Frank Gunn

Déjà très humble et franc, il a répondu à un journaliste que, plutôt qu'une envie de célébrer sa victoire, la fin de la compétition lui faisait penser à son lit, tellement il était fatigué. « [Tout au long de ma carrière], je trouvais primordial d’être honnête avec les gens, et ce, que je sois heureux ou que je sois malheureux », dit-il aujourd'hui.

Avec de la perspective, il croit que le fait d’avoir côtoyé des athlètes à l’égo surdimensionné à un jeune âge l’a dégoûté. Il a tenté par la suite de ne jamais emprunter cette voie.

Quelques mois après cette première victoire, il a aussi vécu une première grande déception : il a terminé 17e à la coupe du monde de 1998.

Ç’a été une douche froide, mais une douche froide extrêmement nécessaire pour revenir sur terre et comprendre qu’il fallait travailler, et qu'il ne fallait jamais arrêter de travailler.

Alexandre Despatie, ex-champion du monde de plongeon

L'un des meilleurs au monde

Aux Jeux olympiques de Sydney, en 2000, Alexandre Despatie a décidé de profiter de l’occasion pour simplement prendre de l’expérience. Il a alors plongé pour la première fois avec l’une de ses idoles, le Russe Dimitri Saoutine.

À la surprise générale, à l'âge de 15 ans, il a terminé quatrième. Il a enfin pu réaliser qu’il était l’un des meilleurs au monde et que la prochaine fois, le podium des Olympiques lui serait peut-être accessible.

Alexandre Despatie en 2000, alors âgé de 15 ans
Alexandre Despatie en 2000, alors âgé de 15 ans Photo : La Presse canadienne/Presse canadienne/André Forget

Comme ma victoire aux Jeux du Commonwealth, ma 4e position à mes premiers Jeux olympiques m’a juste donné envie d’en avoir plus.

Alexandre Despatie, ex-champion du monde de plongeon

La première médaille olympique à Athènes

En 2004, aux Jeux olympiques d'Athènes, c'était le moment de prouver sa place, lui qui avait déjà remporté plusieurs médailles d'or dans les championnats du monde des dernières années. Il a dominé la demi-finale du tremplin de 3 mètres avec 20 points d’avance sur ses adversaires. Au troisième plongeon de la finale, il est sorti trop tôt de sa rotation, ce qui l'a fait rater son saut. À un tel niveau de compétition, ce genre de faute est généralement impossible à surmonter. « Une erreur comme celle-là, c’est impardonnable », dit l'athlète.

« Le plongeon est un sport comme ça, explique-t-il aujourd’hui. Ce n’est pas parce que tu es le meilleur au monde que tu l’es tous les jours par la suite. [C'était] une erreur d’inattention, une erreur de jugement. »

Contre toute attente, il est revenu en force dans ses plongeons subséquents et a remporté la médaille d’argent.

« Même si mes trois autres plongeons étaient très bons, dans ma tête, c’était impossible de rattraper l’erreur que j’avais faite, raconte-t-il. [Et c’est après coup que] j’ai réalisé que c’était possible. »

Alexandre Despatie a remporté l'argent aux Jeux olympiques d'Athènes.
Alexandre Despatie remporte l'argent aux Jeux olympiques d'Athènes. Photo : AFP/AFP/Getty/Gérard Julien

Les Championnats du monde de natation à Montréal, l’apogée de sa carrière

Pour Alexandre Despatie, le plus beau moment de sa carrière n’est pas sa participation aux Jeux olympiques d'Athènes. C’est plutôt le Championnat du monde de natation l’année suivante, dans sa ville natale, Montréal.

« Oui, une médaille olympique, c’est une médaille olympique, mais ça, c’est un Championnat du monde à la maison. »

Lors de cette compétition, il a gagné la médaille d’or aux tremplins de 3 mètres et de 1 mètre, tout en battant le record du monde au pointage.

Il avait déjà remporté, deux ans plus tôt, le Championnat du monde au tremplin 10 mètres. Il est, encore à ce jour, le seul athlète de l’histoire à avoir remporté un Championnat du monde dans ces trois épreuves de plongeon.

« Ce n’est pas banal, mais je ne m’accroche pas à ça non plus. […] Je sais qu’à mon époque, j’ai laissé ma marque – tout ça sans y penser. Je ne pensais pas à l’histoire de ma carrière [à ce moment-là]. »

Alexandre Despatie - Son histoire

Le Jeux olympiques de Pékin avec un pied cassé

Trois ans plus tard, en 2008, il a participé in extremis aux Jeux olympiques de Pékin. Il s’était cassé un pied quatre mois avant le début de la compétition. Malgré sa blessure récente, il était tout de même l’athlète à battre, selon les Chinois, eux-mêmes grands favoris. Il a remporté la médaille d'argent au tremplin de trois mètres.

Être le meilleur, c’est juste ça que je voulais.

Alexandre Despatie, médaillé olympique
Alexandre Despatie aux Jeux olympiques de Pékin.
Alexandre Despatie aux Jeux olympiques de Pékin. Photo : La Presse canadienne/Adrian Wyld

En 2012, un autre accident est venu cette fois-là mettre un terme à sa carrière. Il a raté un plongeon et est tombé tête première sur la planche de saut. « Ç’a été la journée qui a tout fait basculer », dit-il.

Son crâne a littéralement été scalpé par l’incident. Il a perdu connaissance et il est tombé dans l’eau. Son entraîneur a immédiatement sauté dans le bassin pour l’en extirper. Son sang s'était répandu dans la piscine.

Six semaines plus tard, il a repris la compétition aux Jeux olympiques de Londres, mais le cœur n’y était plus. L’année suivante, il a annoncé sa retraite et a entamé une nouvelle carrière dans les médias, entre autres comme animateur.

Chargement en cours