Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animateur Stéphane Garneau
Audio fil du mercredi 9 mai 2018

Le totalitarisme menace le monde, selon le neuropsychiatre Boris Cyrulnik

Publié le

Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik
Le neuropsychiatre Boris Cyrulnik   Photo : Getty/Jacques Demarthon

« Je suis un peu triste de voir que j'ai commencé ma vie en subissant un langage totalitaire, et que j'arrive au dernier chapitre de mon existence en voyant réapparaître un autre langage totalitaire », dit Boris Cyrulnik, 80 ans, au micro de Stéphan Bureau. Ayant échappé à l'horreur nazie pendant l'Occupation, le neuropsychiatre français regarde avec une certaine inquiétude l'état actuel du monde, dont les dérives lui rappellent le « langage totalitaire » des années 1940.

« Le langage totalitaire est tragiquement bien accepté par la plupart des cultures et actuellement, on le voit réapparaître au Proche-Orient, en Europe et même en Amérique du Nord », note Boris Cyrulnik.

Bien qu’il soit pour le moment minoritaire sur la planète, ce langage totalitaire, que le neuropsychiatre définit comme la « pensée paresseuse et celle qui donne des certitudes », se développe extrêmement vite et de façon épidémique.

Ce n’est pas l’idéologie imaginaire des nazis, c’est un autre langage totalitaire. Mais si on le laisse se développer, il sera aussi cruel que le nazisme ou le communisme. […] Il y a péril, absolument.

Boris Cyrulnik, neuropsychiatre

L'éducation comme remède à l'intolérance
Boris Cyrulnik fait un parallèle entre la montée de ce langage totalitaire et la montée de l’intolérance, notamment religieuse, dans certaines régions du monde. « L’immense majorité des êtres humains croit en Dieu, a besoin de croire en Dieu, et c’est tout à fait respectable. […] Ce qui n’est pas respectable, c’est quand cette croyance se clôture, se barricade et se transforme en langage totalitaire », explique l’auteur du livre Psychothérapie de dieu, paru en 2017.

Selon le neuropsychiatre, l’éducation représente presque le seul remède face au totalitarisme et à l’obscurantisme. « Si moi, enfant, je nais en Égypte ou en Amérique du Sud, et qu’on me présente un dieu, musulman ou chrétien, c’est bien, […] mais notre éducation devrait nous apprendre que d’autres enfants apprennent à aimer un autre dieu dans une autre culture, puisque le même dieu n’a pas la même forme selon les cultures. »

Chargement en cours