•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anna Goodson : de publicitaire à agente d’illustrateurs de renommée internationale

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au jeudi de 21 h à 22 h
(en rediffusion du mercredi au vendredi à 3 h)

Anna Goodson : de publicitaire à agente d’illustrateurs de renommée internationale

Audio fil du mardi 1 mai 2018
Anna Goodson

Anna Goodson

Photo : Anna Goodson

En 1996, la Montréalaise Anna Goodson laisse son emploi dans le domaine de la publicité pour se lancer dans la représentation d'illustrateurs. Tout commence par un premier contrat avec un artiste français qui lui a fait confiance. Elle compte maintenant une cinquantaine d'illustrateurs dans son écurie. Ceux-ci font des contrats pour des journaux de renom, des agences de publicité et de grands éditeurs.

Issue d’une famille anglophone de l’Ouest-de-l’Île, elle est vouée à une carrière dans l’imprimerie, car son grand-père en possède une. En 1996, elle travaille comme agente de photographes et fait la rencontre d’un illustrateur français qui cherche un représentant au Québec. C'est à ce moment qu'elle a l’idée de créer une agence. « Il avait besoin d’une agente et, pour partir une agence, ça me prenait un artiste. Moi, ça faisait mon affaire. »

Défricher un métier méconnu

Au début, Anna Goodson rencontre plusieurs difficultés. « Dans ce temps-là, j’aurais accepté de représenter n’importe qui qui voulait de moi. » Elle se promène au centre-ville de Montréal avec le portfolio d’illustrateurs dont elle affectionne le travail.

« J’ai passé tellement de journées dans le hall d’entrée de chez Cossette dans le temps », dit-elle, précisant qu’elle appelait les réceptionnistes pour obtenir des rencontres avec les directeurs artistiques de cette agence publicitaire. « Dans ma carrière, ce sont ces filles qui m’ont le plus aidée. Elles voulaient me donner un coup de main. »

La consécration

Les efforts d’Anna Goodson ont porté fruit. Elle représente maintenant des artistes de partout dans le monde, de Matane à Buenos Aires, en passant par Valence. Son travail est très gratifiant pour elle, surtout lorsqu’elle déniche des contrats pour des illustrateurs talentueux, mais inconnus.

Elle explique que le milieu de l’illustration a changé depuis le début des années 1990. « On a des clients qui demandent des choses de plus en plus vite. Dans l’ancien temps, on envoyait des esquisses par fax et les [illustrations] finales par FedEx. Les délais étaient beaucoup plus longs. Maintenant, c’est presque instantané. »

Elle note aussi une évolution par rapport aux affectations genrées. « Il y a 20 ans, on voyait plus d’hommes faire des illustrations plus "affaires" et les femmes faire les revues de lifestyle. Je vois un meilleur mélange des deux aujourd’hui », conclut-elle.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi