Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphane Garneau
Audio fil du mardi 3 avril 2018

Sylvie Drapeau, femme de théâtre et artiste à part entière

Publié le

L'auteure et comédienne Sylvie Drapeau
L'auteure et comédienne Sylvie Drapeau   Photo : Radio-Canada / Pascal Michaud

« Dès que j'interprète, dès que j'incarne une parole, c'est toujours branché à un trop-plein. Et donc ça sort, ça jaillit », dit la comédienne Sylvie Drapeau. Celle qui peut s'enorgueillir d'avoir, entre autres, incarné une cinquantaine de grands rôles au théâtre ces 25 dernières années revient sur son parcours et parle avec beaucoup de sensibilité de son processus créatif au micro de Franco Nuovo.

S’étant d’abord intéressée toute jeune à la danse, Sylvie Drapeau s’est par la suite inscrite en études françaises à l’Université de Montréal, avant de se laisser tenter, à 19 ans, par l’École nationale de théâtre du Canada, toujours dans la métropole.

« Je n’avais jamais fait ça moi, interpréter. […] Je ne savais pas trop de quoi il était question. Je comprenais peu de choses », se souvient la comédienne à propos de ses premiers pas en matière de jeu. Malgré quelques écueils, elle s’est tranquillement fait une place dans le milieu théâtral. La rencontre avec le metteur en scène René Richard Cyr, un de ses professeurs, a d’ailleurs été déterminante.

Au début, des professeurs avaient dit de moi que je ne pouvais pas espérer faire une carrière. […] Mais d’un autre côté, au bout de deux ans d’École nationale, il y a eu René Richard Cyr. […] Dieu merci! Dans ses yeux, il y avait de la lumière qui disait : " Oui, tu as ta place, tu as du talent, continue".

Sylvie Drapeau, comédienne et auteure

La persévérance, voilà ce qui a motivé Sylvie Drapeau toute sa carrière. C’est d’ailleurs ce qui la motive encore aujourd’hui.

« J’adore ce mot-là , continuer. Parce qu’il y aura toujours du monde pour nous dire : "Ouf! T’es pas forte. Je ne suis pas sûr." Il y en a toujours, toute la vie durant. Alors, si on s’arrête à ça, on ne fait jamais ce pour quoi on est venu sur terre. On ne suit jamais nos impulsions, qui sont très importantes. »

Chargement en cours