•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Luc Dionne, le scénariste à qui l’on fait beaucoup de confidences

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au jeudi de 21 h à 22 h
(en rediffusion du mercredi au vendredi à 3 h)

Luc Dionne, le scénariste à qui l’on fait beaucoup de confidences

Audio fil du lundi 26 mars 2018
Luc Dionne

Luc Dionne

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

« Il y a encore plein de gens qui m'appellent, qui me racontent toutes sortes de trucs, qui me disent des choses qu'on va apprendre dans un mois, demain, après-demain. Ça fait partie de mon métier. Quand on a la prétention de vouloir décrire un univers [...], il faut savoir de quoi on parle », dit le scénariste Luc Dionne au micro de Michel Lacombe. L'homme derrière les séries Omertà et la très populaire District 31 n'invente rien : les histoires et intrigues dont il accouche au petit écran prennent souvent leur source dans certaines confidences qui lui sont faites.

C’est avec Omertà, diffusée de 1996 à 1999, que Luc Dionne a lancé sa carrière. Il raconte que la série, qui mettait en scène le crime organisé et les milieux policiers, lui a permis de tisser des liens avec des policiers de différents services au Québec.

Avant Omertà, personne ne me parlait. Et depuis Omertà, les gens ont commencé à me parler, puis j’ai rencontré des gens qui sont devenus de bons amis à moi, des policiers et des enquêteurs qui aujourd’hui sont patrons de la police.

Luc Dionne, scénariste et réalisateur

Passage en politique
Dans son écriture, Luc Dionne s’inspire aussi de son expérience en politique – il a été l’attaché politique du député libéral Jean-Yves Théorêt, de 1985 à 1989. Pendant ces années, il a été témoin de la joute politique et de ses mécanismes. Il qualifie d’ailleurs cette époque de très enrichissante.

Au-delà de l’aspect politique, cette expérience lui a beaucoup servi. « J’ai vu des gens passer dans des bureaux, qui sont venus témoigner sur des choses. J’ai vu un paquet de trucs en politique, et [j'ai appris] beaucoup sur l’être humain », explique le scénariste.

Sébastien Delorme, Michel Charette, Gildor Roy et Hélène Bourgeois Leclerc sont les têtes d'affiche dans <i>District 31</i>.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

District 31

Photo : Radio-Canada

« On n’écrit pas pour le public »
En ce qui concerne son processus de création, Luc Dionne dit ne pas se soucier du public ou du téléspectateur. « Quand on écrit pour le public, on se pète la gueule. […] Je n’écris pas en fonction de ce que les gens veulent : j’écris en fonction de ce que je pense, de ce qui m’intéresse », explique-t-il.

Le scénariste fait la comparaison avec un peintre et son art. « Il n’y a pas un peintre qui se met devant un tableau et qui se dit : "Quelle couleur le monde aime cette année? Est-ce que c’est le rouge qui est la mode?". Ça ne marche pas comme ça », affirme-t-il.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi