Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du vendredi 5 janvier 2018

Richard Martineau, de chroniqueur progressiste à polémiste de droite

Publié le

Richard Martineau
Richard Martineau   Photo : Radio-Canada / David Champagne

Son travail au magazine Voir dans les années 90 l'a établi comme chroniqueur gauchiste, puis il a bifurqué profondément vers la droite et vers une posture de plus en plus pamphlétaire en travaillant au sein de l'empire Québecor. « La gauche a cessé de s'occuper du sort des petits travailleurs et je ne me reconnais tout simplement plus en elle », explique Richard Martineau, qui revient sur sa carrière au micro de Stéphan Bureau.

Je me fous totalement de ce que les gens pensent de moi et c’est extraordinaire. J’ai une carapace incroyable qui, je crois, vient de mon enfance, alors que j’étais mauvais en sport et que je n’étais jamais choisi dans les équipes sportives. Cette humiliation quotidienne m’a endurci.

Richard Martineau

Parce qu’il a la couenne dure, Richard Martineau ne craint pas la polémique. Son style, souvent provocant, assurément « piquant », comme il se plaît à le dire, lui attire de nombreux ennemis. Mais c’est un mal nécessaire, selon lui, pour que son travail de chroniqueur attise les débats et les passions : il ne supporterait pas que ses textes suscitent l’indifférence.

Dans la vie, il est pourtant sensible et capable de pleurer longuement en regardant Titanic pour la énième fois. Mais rien de tout cela ne doit transparaître dans son travail de chroniqueur, croit-il. Il aime avoir un style dru et droit au but. « Je chronique à la façon Led Zeppelin. Si vous aimez la musique de chambre, c’est certain que vous ne voudrez pas me lire. »

Je dis souvent que je suis la sauce pimentée qu’on ajoute sur le steak et qui est essentielle même si elle ne sert à rien sans la viande qu’elle enrobe. Autrement dit, les journalistes travaillent d’arrache-pied pour sortir la nouvelle, et moi, j’ajoute du piquant.

Richard Martineau

Ses combats actuels
La lutte contre le fondamentalisme religieux est désormais son sujet de prédilection. « On m’accuse d’être islamophobe. Je suis seulement critique des intégrismes, quels qu’ils soient. Mais il se trouve qu’en ce moment, le fondamentalisme le plus agressif est associé à l’islam. Je suis aussi surpris que vous de devoir y consacrer autant de chroniques. Je pense que personne n’avait vu venir ce retour du religieux en Occident. »

Richard Martineau en a aussi contre une gauche qui s’égare, selon lui, dans des considérations marginales comme la défense des droits des personnes trans. « J’étais sincèrement un homme de gauche quand la gauche s’intéressait au sort des travailleurs d’usine ou de la classe moyenne, dit-il. Mais la gauche a abandonné les petites gens, et je ne la trouve plus pertinente. »

Chargement en cours