Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphane Garneau
Audio fil du mardi 28 novembre 2017

Gilles Saucier, l’architecte qui dessine des émotions

Publié le

L'architecte Gilles Saucier avec des lunettes et un grand sourire.
L'architecte Gilles Saucier   Photo : Justine Latour

« C'est la superposition de l'intuitif et de l'expérience qui fait qu'en traçant une ligne, on arrive à créer des émotions futures. » Depuis 30 ans, Gilles Saucier et son équipe ont réalisé quelques-uns des plus beaux projets architecturaux du pays, dont l'Usine C et la Cinémathèque québécoise. Avec Stéphan Bureau, il parle de son implication dans chacun de ses projets et d'une vision qui va au-delà du dessin.

Comment on arrive à créer de l’émotion avec un tas de briques, un tas de bois et un peu de gypse? Moi, c’est ce qui me fascine le plus.

Gilles Saucier

« On a fondé la firme en 1988, quand il y avait beaucoup de grandes firmes qui accomplissaient des choses, mais on ne voyait rien poindre. On voyait sur l’autre facette des gens extrêmement créatifs, qui étaient plus attachés aux écoles d’architecture et qui faisaient des projets plus théoriques. » C’est ainsi que Gilles Saucier et son équipe ont décidé d’offrir un juste milieu de ces deux univers, notamment en se lançant dans des projets très créatifs, comme des théâtres. « On a eu beaucoup de chance, mais croyez-moi, dessiner des théâtres, c’est complexe. Il y a peu de budget et énormément d’attentes, mais il y a beaucoup de reconnaissance. Ça nous a amenés à être très visibles. »

L’importance des concours
La firme Saucier + Perrotte a reçu de nombreuses distinctions, et a joui d’une belle visibilité au Canada et à l’étranger. Malgré ces succès, l’équipe d’architectes continue de participer à des concours dans le but de solliciter de nouveaux mandats. « Ce qui m’effraie le plus dans la profession, c’est de ne pas être sollicité, que ma créativité ne soit pas mise en valeur. »

En 2017, sa firme a eu la chance de remporter sept de ces concours. Son équipe et lui travaillent simultanément sur une grande tour à Toronto, des bibliothèques et des bâtiments d’envergure dans l’Ouest canadien. « C’est un moment d’extase professionnelle extraordinaire, mais par contre, chaque projet demande une équipe et je suis concepteur sur chacune de ces équipes. » Il est très important pour Gilles Saucier de s’impliquer dans chacun de ces projets; il ne veut pas se libérer de ses responsabilités. « Je suis un peu control freak  », avoue-t-il.

Chargement en cours