Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animateur Stéphane Garneau
Audio fil du lundi 30 octobre 2017

Fatima Houda-Pepin, une femme d'action et de convictions

Publié le

La politicienne Fatima Houda-Pépin
La politicienne Fatima Houda-Pépin   Photo : Radio-Canada / Karl Philip Vallée

« C'est l'histoire de ma vie. Je suis une femme de convictions », dit la politologue, conférencière et ex-députée libérale Fatima Houda-Pepin au micro de Marie-France Bazzo. À l'écart de la politique depuis quelques années, l'ex-parlementaire d'origine marocaine, qui a fait des questions de l'identité, de la laïcité et de l'intégrisme religieux ses principaux chevaux de bataille, reste tout de même à l'affût de l'actualité. La Loi sur la neutralité religieuse de l'État, adoptée récemment par le gouvernement de Philippe Couillard, l'interpelle particulièrement.

Selon Fatima Houda-Pepin, exclue du caucus libéral en 2014 pour ses positions sur la laïcité de l'État et son opposition farouche au port de signes religieux par les employés de l'État ayant un pouvoir contraignant, la Loi sur la neutralité religieuse de l'État est rétrograde pour les droits des femmes au Québec et viole le principe de l’égalité entre les hommes et les femmes.

En vertu de cette loi, le port de la burqa et du niqab est interdit aux fonctionnaires qui travaillent avec le public et aux citoyens qui reçoivent des services gouvernementaux, tandis que le tchador est autorisé parce qu'il permet de voir le visage de celles qui le portent en tout temps. Par ailleurs, la Loi sur la neutralité religieuse de l'État prévoit la possibilité, pour les citoyens, de demander des accommodements raisonnables en vertu de la Charte des droits et libertés.

Fatima Houda-Pepin ne s’explique tout simplement pas la position du gouvernement libéral. « Il [Philippe Couillard] va permettre de porter le tchador, le niqab et la burqa par voie d’accommodement raisonnable. [...] Moi, je dénonce ça », dit celle pour qui le tchador, le niqab et la burqa sont des symboles d'asservissement pour la femme.

Dans les pays musulmans, les femmes se battent justement contre ça, et elles veulent retrouver leur liberté, leur autonomie, leur indépendance, et ici, on leur donne ce modèle-là. C’est assez incroyable!

Fatima Houda-Pepin

« Jamais je ne mettrai en péril l’égalité entre les hommes et les femmes sous quelque prétexte que ce soit, fut-il celui du Bon Dieu », lance Fatima Houda-Pepin.

Chargement en cours