•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sylvie Bernier garde des souvenirs très vivaces de 1984

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au jeudi de 21 h à 22 h
(en rediffusion du mercredi au vendredi à 3 h)

Sylvie Bernier garde des souvenirs très vivaces de 1984

Audio fil du mercredi 18 octobre 2017
Sylvie Bernier en 2008 alors qu'elle était chef de mission pour le Canada lors des Jeux olympiques d'été de Pékin

Sylvie Bernier en 2008 alors qu'elle était chef de mission pour le Canada lors des Jeux olympiques d'été de Pékin

Photo : Getty Images / Clive Rose

« Encore aujourd'hui, ça m'arrive de me réveiller en sursaut : je suis encore sur un tremplin, 33 ans plus tard », raconte la médaillée olympique Sylvie Bernier, qui a remporté l'or au plongeon de trois mètres aux Jeux olympiques (JO) de Los Angeles. Le 6 août 1984, l'athlète, alors âgée de 20 ans, accomplissait un véritable exploit en devenant la première femme québécoise médaillée d'or aux Jeux olympiques. « Ça change toute une vie », dit-elle, encore émue, au micro de Stéphan Bureau.

L’athlète originaire de Sainte-Foy se souvient très bien de cette journée où elle a battu l’Américaine Kelly McCormick, la favorite locale. Au moment de la compétition ultime, Sylvie Bernier écoutait, entre chaque plongeon, la chanson What a Feeling, du film Flashdance, dans son baladeur.

Ultraconcentrée et dans sa bulle, la plongeuse québécoise ignorait tout du classement pendant la compétition.

À chacune de mes figures, je sortais de l’eau, je mettais les écouteurs et j’allais à l’arrière. Je restais réchauffée. Je n’avais aucune idée de ce qui se passait dans la piscine. Je n’avais aucune idée, jusqu’à la dernière figure, que j’étais en première position.

Sylvie Bernier, médaillée olympique

« Tout ce que je savais, c’est que j’étais extrêmement fière de chacune de mes figures, une après l’autre », ajoute-t-elle.

Sylvie Bernier sur la plus haute marche du podium à Los Angeles, entourée des Américaines Christine Seufert (gauche) et Kelly McCormick (droite).Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sylvie Bernier sur la plus haute marche du podium à Los Angeles, entourée des Américaines Christine Seufert (gauche) et Kelly McCormick (droite).

Photo : Associated Press / Bob Daugherty

On connaît la suite : la plongeuse a mis la main sur la médaille d’or après avoir récolté 530,70 points, devant les Américaines Kelly McCormick (argent, 527,90 points) et Christine Seufert (517,62 points).

Le secret de la visualisation
Aujourd’hui, Sylvie Bernier demeure persuadée que le travail de visualisation qu’elle a fait pendant l’année qui a précédé les JO de Los Angeles a grandement contribué à sa performance du 6 août 1984.

La visualisation a vraiment fait la différence, et ça, j’en suis plus convaincue que jamais 33 années plus tard.

Sylvie Bernier, médaillée olympique

Ce travail de visualisation, Sylvie Bernier l’avait entamé à Montréal, au moment où elle s’entraînait en prévision des Jeux.

Souvent, se souvient-elle, une dame venait la voir s’entraîner et lui demandait si elle se voyait et s’imaginait sur le podium. Après avoir dit non à quelques reprises, la plongeuse s’est rendue dans une bibliothèque pour emprunter le livre Le pouvoir du subconscient, de Joseph Murphy. « Tout a commencé là », dit-elle.

Par la suite, plusieurs mois avant les JO de Los Angeles, Sylvie Bernier a décidé de se rendre dans la mégapole américaine avec son entraîneur pour, entre autres, voir les tremplins et vérifier où les juges allaient être situés pendant la compétition. « J’ai voulu me rendre là-bas pour tout analyser, pour pouvoir intégrer ça dans ma visualisation », explique-t-elle.

Il faut croire que ce travail de visualisation a porté ses fruits.

Le plaisir du sport
Selon Sylvie Bernier, il est fondamental pour les athlètes, spécialement ceux en bas âge, d’avoir du plaisir dans ce qu’ils font. La pression avec laquelle doivent composer certains jeunes athlètes de nos jours ne doit pas leur faire oublier l’essentiel.

« Je le dis sur chacune des tribunes : "Laissez les jeunes s’amuser, laissez les jeunes se développer dans le plaisir." »

Un extrait de l'entrevue avec Sylvie BernierAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un extrait de l'entrevue avec Sylvie Bernier

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi