Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animateur Stéphane Garneau
Audio fil du mercredi 4 octobre 2017

Pierre Houde, la voix de la passion du sport

Publié le

L'animateur Pierre Houde a toujours été passionné par le sport, dit-il au micro de Marie-France Bazzo.
L'animateur Pierre Houde a toujours été passionné par le sport, dit-il au micro de Marie-France Bazzo.   Photo : Radio-Canada / Pascal Michaud

« J'ai encore la même fougue, le même désir d'aller en ondes, d'aller au micro. » Après plus de 40 ans de carrière, dont de nombreuses années à décrire les matchs du Canadien de Montréal et les courses de la F1 au Réseau des sports, le commentateur sportif Pierre Houde dit exercer son métier avec un plaisir renouvelé chaque jour. Grand passionné, l'homme de 60 ans s'investit complètement dans ses activités professionnelles, raconte-t-il au micro de Marie-France Bazzo.

« J’aime vivre la vie avec passion. […] Je pense que de ça découlent plusieurs de mes traits de caractère sur une base quotidienne », dit Pierre Houde.

Depuis qu’il est enfant, l’homme natif de Saint-Laurent carbure au plaisir d’assister au spectacle du sport. Il se souvient des premiers matchs du Tricolore qu’il a vus à la télévision, avec son frère Paul, à la fin des années 1950. La voix de René Lecavalier lui revient encore.

Depuis toujours, la manière dont le sport est commenté l’intéresse autant que le spectacle sportif lui-même. « On a surtout, Paul et moi, été fascinés par les reportages de sport. »

Un extrait de l'entrevue de Marie-France Bazzo avec Pierre Houde
Un extrait de l'entrevue de Marie-France Bazzo avec Pierre Houde Photo : Radio-Canada/Pascal Michaud

De CKAC aux Jeux olympiques
À 18 ans, Pierre Houde a fait son entrée à la station CKAC comme annonceur. « Le groupe Télémédia, à l’époque, avait des gens très ouverts d’esprit qui donnaient des chances à de jeunes annonceurs. […] J’ai été très chanceux. Ç'a été une porte d’entrée extraordinaire. »

Petit à petit, il est devenu de plus en plus clair que Pierre Houde se destinait à une carrière de journaliste sportif. Ce sont les Jeux olympiques de Montréal qui l’ont véritablement lancé dans l’arène sportive, où il a couvert la compétition de volley-ball.

Dès lors, la piqûre l’a atteint pour ne plus jamais le quitter. « Comment ne pas avoir la piqûre quand elle s’installe dans le contexte olympique et que les Jeux sont dans votre cour? »

L’émerveillement, legs de René Lecavalier
Tout au long de sa carrière, Pierre Houde n’a jamais perdu sa capacité d’émerveillement. Cela est vrai lorsqu’il commente les matchs du Canadien, la F1 ou encore les épreuves olympiques. Selon lui, cet émerveillement lui a été inculqué par son mentor, René Lecavalier.

René Lecavalier, que l'on voit ici en 1968 pendant l'émission « La soirée du hockey », a été un véritable mentor pour Pierre Houde.
René Lecavalier, que l'on voit ici en 1968 pendant l'émission « La soirée du hockey », a été un véritable mentor pour Pierre Houde. Photo : La Presse canadienne

René disait toujours : "Si je peux vous donner un conseil Pierre, nourrissez votre faculté d’émerveillement. Ce sera votre police d’assurance numéro 1 pour avoir une longue carrière".

Pierre Houde, commentateur sportif

Pierre Houde aime aussi se souvenir de Richard Garneau et de Raymond Lebrun, deux autres grands journalistes sportifs qu’il a côtoyés. « Ils étaient tellement plus que des commentateurs de sports, que des descripteurs de sports. L’inspiration qu’on en retire est beaucoup plus large que la simple faculté de décrire le sport correctement. »

Chargement en cours