•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tire le coyote, l’artiste à part entière et à la voix inimitable

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au jeudi de 21 h à 22 h
(en rediffusion du mercredi au vendredi à 3 h)

Tire le coyote, l’artiste à part entière et à la voix inimitable

L'auteur-compositeur-interprète Tire le coyote est assis sur les marches d'un escalier avec sa guitare.

Tire le Coyote

Photo : Radio-Canada / Claudia Genel

Ses parents ne l'ont certainement pas baptisé Tire le coyote, puisqu'il s'agit plutôt du nom d'artiste de l'auteur-compositeur-interprète Benoit Pinette. Avant de voler en solo, il a fondé le groupe Fono Jône. Tire le coyote a lancé son premier album, Le fleuve en huile, en 2011, suivi de trois autres opus, dont un enregistré en spectacle. Le disque Désherbage, paru en 2017, a connu beaucoup de succès. Au cours de cet entretien avec Monique Giroux, Tire le coyote discute de son enfance, de sa famille, de sa passion du sport, de ses influences, des origines de son pseudonyme et de sa voix haut perchée.

Enfant, Benoit Pinette a un talent naturel pour le sport. Il a même joué dans la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJEQ). « Je n’étais pas nécessairement le sportif qui se tenait juste avec des sportifs. J’avais des amis musiciens et je commençais à écouter plus de musique », raconte-t-il. Au cégep, il s'est passionné pour la littérature et la poésie, et à l’université, il a bifurqué vers la création littéraire : « Je me suis rendu compte que j’aimais beaucoup les formes plus courtes de textes, la chanson, la poésie », affirme-t-il. Enfin, il s’est intéressé également à l’éducation à l’enfance et a travaillé avec les jeunes de la rue pendant un certain temps.

Au début de la pandémie de COVID-19, Tire le coyote terminait la tournée de l’album Désherbage, et a eu besoin de laisser de côté ses instruments de musique. « Je n’ai pas envie de répéter ce que j’ai déjà fait. Je n’ai pas envie de parler si je n’ai rien à dire », dit le chanteur.

Montage du visage de Tire le Coyote accompagné de la citation : « Les artistes que j’aime sont ceux qui sont capables de perdurer dans le temps. »

Tire le Coyote

Photo : Radio-Canada

Un nom inspiré

Benoit Pinette explique le choix de son nom d’artiste par son amour des racines de la musique folk américaine, du respect qu’il vous à Woody Guthrie, à Hank Williams, à Bob Dylan et au Canadien Neil Young, ainsi qu’aux films de western qu’il aime.

Sa voix incomparable provient de ses modèles en la matière : celle, perchée, de Neil Young, et la voix lancinante de Thom Yorke, le chanteur de Radiohead. « Je me suis toujours concentré sur l’émotion et la sensibilité de ma voix, et non pas de la technique. Je n’ai pas eu de cours de chant. Ça s’est fait avec instinct et de l’expérience, parce que si je réécoute mes premiers enregistrements, ma voix a quand même évolué avec le temps, tout en restant toujours dans ce registre-là. »

En terminant, Benoit Pinette fera paraître le 4 février prochain un premier recueil de poésie, La mémoire est une corde de bois d’allumage (La Peuplade) (Nouvelle fenêtre), au Québec et en France.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi