Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du mercredi 3 mai 2017

Alain Vadeboncoeur : voir plus loin que l'urgence

Publié le

Alain Vadeboncoeur
Alain Vadeboncoeur   Photo : Radio-Canada

« Ce que je reproche souvent aux médecins, c'est de ne pas aller voir le monde d'un autre point de vue que professionnel et médical. » Que ce soit à la télévision ou par l'écriture, le Dr Alain Vadeboncoeur aime « se disperser et ne pas toujours faire la même chose ». Dans cette entrevue avec Stéphan Bureau, l'urgentologue définit son milieu de travail comme étant un microcosme de la société et fait part de sa vision idéale du métier.

Ça enrichit beaucoup le métier de médecin de sortir de la médecine.

Dr Alain Vadeboncoeur

« J’ai été fortement influencé dans mon métier de médecin par tout ce que j’ai fait. Par exemple, j’ai fait trois ans de télévision et l'on me demandait souvent d’employer des mots plus simples, des phrases plus courtes. Quand je revenais à l’urgence, ça changeait ma façon de parler aux patients. Ne pas exprimer les choses clairement pour que le monde comprenne, c’est ce qu’on reproche souvent aux médecins. »

Le rôle du médecin auprès de la population
Le Dr Vadeboncoeur se rappelle les histoires de son grand-père, qui pratiquait le même métier. « Dans un village, le médecin avait un rôle important du point de vue social, de l’hygiène publique. Il n’était pas que docteur, il avait un rôle au-delà de ça. Je reproche souvent aux médecins d’être trop près de leur métier, de ne pas prendre la parole. »

Je fais de l’urgence, c’est un lieu de rassemblement de toutes les détresses. [L'urgence] est le miroir de ce qui ne va pas dans la vie des gens.

Dr Alain Vadeboncoeur

Les urgences, un condensé de la société
« C’est un endroit pour comprendre ce qui se passe, l’urgence générale. Toutes les détresses sont là, tout ce qui va mal : les dépressions, les tentatives suicidaires, la misère sociale, les accidents, la maladie, la souffrance, la mort. Ce qu’on voit là, c’est un reflet incroyable de la société. »

Il cite en exemple des villes plus violentes comme Baltimore, où l’urgence reçoit des gens blessés par balle ou au couteau. C’est un reflet qui est bien différent d'un endroit à l'autre.

Citation de l'urgentologue Alain Vadeboncoeur : « L'urgence, c'est un microcosme de la société. »
Citation de l'urgentologue Alain Vadeboncoeur Photo : Radio-Canada/Mathieu Dumontier

Chargement en cours