•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roger Lepage, combat d'un francophone à l’Ouest

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au jeudi de 21 h à 22 h
et le dimanche de 20 h à 21 h, jusqu'au 21 juin
(en rediffusion du mercredi au vendredi à 3 h)

Roger Lepage, combat d'un francophone à l’Ouest

Audio fil du mardi 25 avril 2017
L'avocat Roger Lepage

L'avocat Roger Lepage

Photo : ICI Radio-Canada/Laurent Pirot

« Il y a toujours un danger de disparition parce que la majorité anglophone ne comprend pas la raison d'être [de notre bataille]. Il y a toujours une résistance. » Roger Lepage est un fervent défenseur des droits des francophones en Saskatchewan. En entrevue avec Michel Lacombe, l'avocat survole l'histoire du bilinguisme au Canada et explique comment ses parents lui ont transmis l'amour du français malgré une éducation en anglais.

Faire son chemin entre parents francophones et éducation anglophone
« En 12e année, ma langue dominante, c’était l’anglais. Je baragouinais le français. À la ferme, nos parents nous disaient de parler français, pour ne pas perdre notre langue. Mais quand ta vie à l’école se passe en anglais, c’est la langue que tu choisis [pour discuter] entre frères et sœurs. »

Pour les parents de Roger Lepage, c’était important de connaître les deux langues et d’avoir la culture francophone. « On disait, dans ce temps-là, "qui perd la langue perd sa foi". Mes parents étaient religieux et tenaient à ça. J’ai pris cet amour de la langue et de la culture. »

Les prêtres et les religieux, c’était l’institution francophone. Mais maintenant, avec leur disparition, la seule chose qu'il reste, ce sont les écoles.

L'avocat Roger Lepage

Un combat pour une éducation en français qui se poursuit

« C’est seulement en 1995 qu’on a eu notre commission scolaire et nos écoles. Même quand on les a eues, on s’est rendu compte très rapidement qu’on était sous-financés, parce que les francophones sont sur un grand territoire. » Robert Lepage, en spécialiste des causes linguistiques, a dû retourner se battre en cour en 2004 à ce sujet, et le combat n'est pas terminé.

Citation de l'avocat Roger Lepage : « J'ai toujours cru que les francophones ont leur place dans l'Ouest et j'y tiens. »Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Citation de l'avocat Roger Lepage

Photo : Site web des avocats Miller Thomson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi