•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au jeudi de 21 h à 22 h
(en rediffusion du mercredi au vendredi à 3 h)

L’explorateur Mario Cyr et ses histoires marines extraordinaires

Mario Cyr, photographe sous-marin, sourit devant un port.

Mario Cyr

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Il a été le premier à filmer le morse sous l'eau, en 1991, et a fait partie de la première équipe à filmer des ours polaires sous l'eau, en 2011. Le caméraman, photographe, aventurier, conférencier et expert mondial de la plongée sous glace Mario Cyr a collaboré à plus de 150 documentaires pour la BBC, Disney, Discovery Channel, National Geographic et IMAX. L'aventurier des fonds marins glacés raconte à Franco Nuovo sa vie passionnante.

5275Lorsqu’il était jeune, Mario Cyr était intéressé par l’eau et se voyait pêcheur ou navigateur, jusqu’à ce qu’une rencontre change sa vie. L’écrivain ontarien Farley Mowat avait sa maison d’été à côté de chez lui, à Grande-Entrée, aux Îles-de-la-Madeleine. Lorsque Mario Cyr a eu 10 ans, Farley Mowat a demandé à son père la permission d’amener le petit avec lui en plongée, pour s’occuper de son équipement. C’est là que Mario Cyr a découvert sa passion pour la plongée.

Montage du visage de Mario Cyr au micro de Radio-Canada, accompagné de la citation : « J’ai toujours su que je ferais carrière sur l’eau. Je suis devenu explorateur mais j’aurais pu être pêcheur. »

Mario Cyr

Photo : Radio-Canada

Dans les années 1970, Mario Cyr a pratiqué le métier de plongeur commercial. Il a ainsi construit des quais et des ponts, et a travaillé sous les bateaux. En 1984, une équipe de Discovery Channel est venue de la Californie pour tourner des images de phoques du Groenland. Mario Cyr a été embauché pour les accompagner comme guide. Le caméraman-plongeur américain, peu habitué aux eaux arctiques, devait souvent quitter l’eau pour se réchauffer. Mario Cyr a proposé à l’équipe de production de le remplacer pendant qu’il se réchauffait.

Trois mois plus tard, la même compagnie lui a offert un contrat de deuxième caméraman en Alaska pendant cinq semaines. « Ça a été la piqûre parce qu’on s’est retrouvés dans des conditions extraordinaires, avec des baleines à bosse et des épaulards, à descendre dans le fond de l’eau. Il y avait des étoiles de mer géantes », raconte Mario Cyr. Le premier caméraman de cette production lui a appris le métier sur place. « Je me suis mis vraiment à rêver sur ce métier extraordinaire. » Mais le téléphone n’a commencé à sonner que sept ans plus tard, en 1991, année déterminante de sa carrière, lorsque le magazine National Géographic l’a contacté pour qu’il filme des morses sous l’eau.

Mario Cyr en tenu de plongée sous l'eau avec une caméra

Mario Cyr à l'oeuvre sous l'eau

Photo : Serge Boudreau

Mario Cyr est heureux lorsqu’il est sous l’eau. « Il faut être patient, il faut attendre. […] J’ai toujours considéré ça un peu comme un orchestre symphonique, où je suis un joueur, et quand c’est à moi, il faut que je joue et que je ne fasse pas de fausses notes », explique l’explorateur et caméraman-plongeur.

Aujourd’hui, à 60 ans, Mario Cyr s’aperçoit que le temps passe vite et qu’il a tellement de choses à faire.

Je veux faire plein de documentaires, je veux aller chercher plein de renseignements. Tout simplement pour montrer aux jeunes, pour montrer dans les écoles comment ça se passe. Tout ça va disparaître. On ne peut pas aujourd’hui se mettre la tête dans le sable. La glace, dans 40 ans, 50 ans, il n’y en aura plus.

Mario Cyr

Références
L’aventurier des glaces, Mario Cyr, Cardinal, 2018

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi