•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au jeudi de 21 h à 22 h
(en rediffusion du mercredi au vendredi à 3 h)

Nicolas Lévesque, le psychologue habité par un héritage féminin

Il sourit au micro.

L'auteur et psychanalyste Nicolas Lévesque

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Je peux être un père, mais je sens que mon rapport de psychanalyse est très maternel. Il y a un héritage féminin qui m'habite. » Durant une heure, Marie-Louise Arsenault s'entretient avec Nicolas Lévesque. Le psychanalyste et auteur, qui a aussi été éditeur, raconte son parcours professionnel guidé par la passion d'aider les autres.

Nicolas Lévesque est né le 19 septembre 1974 à Montréal. Son père, Claude Lévesque, est un philosophe bien connu des cercles intellectuels. Il se rappelle avoir grandi dans un milieu culturellement riche et stimulant, où les livres abondaient.

Puisque je suis né dans les livres, mon parcours a été d’aller vers la vie. Ce n’est pas tout de s’éduquer, de s’élever, de se raffiner, il faut aussi aller vers la vie, vers les enfants, l’amour, la proximité.

Nicolas Lévesque

À l’université, il excellait dans plusieurs matières et avait un intérêt marqué pour les sciences, les mathématiques et la littérature, mais c’est la perspective de devenir psychologue qui lui plaisait le plus. Tout comme son grand-père, qui était le « dentiste du village », Nicolas Lévesque se voyait devenir le docteur du village.

Défendre la psychanalyse

« Être psy, c'est porter le fardeau et la souffrance des autres. C'est soulever l'insupportable, ce que les gens n'arrivent pas à porter par eux-mêmes, ce qui est trop lourd », déclare Nicolas Lévesque au sujet de son huitième ouvrage, Phora : sur ma pratique de psy. Comme le titre l'indique, le psychanalyste, qui compte 21 ans d'expérience, lève le voile sur sa pratique et fait, par la même occasion, l'apologie de la psychanalyse, vitale selon lui.

[Consulter un psychologue], c’est aussi devenir conscient de ce que l’on porte en nous, tout l’héritage de notre vie, la vie de nos parents, la société dans laquelle on vit. On porte des choses extrêmement riches dont on n’est pas conscients

Nicolas Lévesque

Référence :
Phora : sur ma pratique de psy, Nicolas Lévesque, Varia, 2019

Résumé de l'éditeur :

Nicolas Lévesque reprend la plume pour témoigner de ce que peut mettre en scène un mois dans sa pratique de psy. Aucun regard totalisant ici, aucun jargon hermétique, aucune étude de cas classique, plutôt un peuple de fragments qui incarnent la diversité des vivants, la richesse de nos mises en jachère, le labeur de la thérapie.

En le lisant, on découvre que la psychanalyse n’est pas morte, qu’elle peut même, au contraire, être de la plus grande vitalité en embrassant les contradictions de son époque, en reconnaissant les effets d’une violence sociale aux multiples visages, en délaissant ses peurs et sa rigidité au profit de la singularité merveilleuse, inexplicable, de chaque être humain, qui mérite des psys souples, doux, humbles, authentiques, qui ont une curiosité infinie et une capacité de se réinventer à chaque séance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi