•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cécile Rousseau, la pédopsychiatre qui guérit les enfants de la guerre

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au samedi de 3 h à 4 h

Cécile Rousseau, la pédopsychiatre qui guérit les enfants de la guerre

Une femme portant des écouteurs parle dans un micro.

La Dre Cécile Rousseau

Photo : Radio-Canada / Ronald Georges

« Il y a dans l'enfant, comme dans la plante, quelque chose qui pousse, quelque chose d'extraordinaire en termes de capacité de devenir », explique Cécile Rousseau, qui remet sur pied des enfants réfugiés et rescapés de la guerre. Lors d'une entrevue qu'elle a accordée à l'animateur Alain Gravel il y a une vingtaine d'années, Cécile Rousseau avait affirmé, selon une leçon tirée de la Seconde Guerre mondiale, que les réfugiés d'aujourd'hui étaient les leaders de demain. Aujourd'hui, la pédopsychiatre pense que cette affirmation est encore vraie, mais que les réfugiés s'installent dans des pays très différents, car nos sociétés sont en crise.

Avant de spécialiser ses interventions auprès des enfants, Cécile Rousseau était médecin généraliste. C’est à la suite d’une expérience dans des camps de guérillas au Guatemala, vers 1978, que son intérêt pour la psychiatrie s’est manifesté.

Elle traite les cauchemars et les épisodes de reviviscence, « ces images terribles » qui habitent les enfants réfugiés et de la guerre. Pour rétablir des liens avec leur passé, elle intègre le jeu et la création artistique des enfants. « Jouer, c’est la façon d’apprendre et de maîtriser le monde », précise la directrice de l’Équipe de recherche et d’interventions transculturelles (ERIT) de l’Hôpital de Montréal pour enfants.

Comment décrire la souffrance des enfants de la guerre? Sans se mettre à leur place, « on peut imaginer ce sentiment de catastrophe ».

À mon avis, il n’y a pas de recette [pour réparer une personne]. Il faut apprendre à connaître cette personne, voir qui elle est, et à partir de ça, on est donc entre la science et l’art.

Cécile Rousseau, pédopsychiatre

« L’accueil de la société québécoise est beaucoup plus important que n’importe quel programme thérapeutique », soutient la pédopsychiatre, qui s’est exprimée publiquement devant la commission Bouchard-Taylor et au sujet du projet de loi sur la charte des valeurs. Cécile Rousseau pense que ces tensions au Québec reflètent « un changement mondial du rapport à l’identité ».

Je pense que l’identité francophone et l’identité québécoise sont précieuses et qu’il faut la protéger. Mais elle est menacée lorsque notre repli sur nous-mêmes nous menace plus.

Cécile Rousseau, pédopsychiatre

Éradiquer la radicalisation

Plusieurs études indiquent une importante montée, en Amérique du Nord, de l’antisémitisme, de la mouvance misogyne Incel et des suprématistes blancs. La Dre Cécile Rousseau traite également les jeunes radicalisés. Elle a d’ailleurs témoigné en cour lors du procès d’Alexandre Bissonnette, l’auteur de l’attentat du Centre culturel islamique de Québec. Dans ses interventions, elle n’essaie pas de changer l’idéologie du jeune; elle s’occupe de sa détresse et tente de lui donner une autre communauté d’appartenance, de l'aider à reconstruire un projet de vie qui a du sens. Bref, elle tient à leur donner une voix, un espace où ils peuvent s’exprimer sans violence.

Depuis les débuts de sa carrière de pédopsychiatre, la Dre Cécile Rousseau a l’impression d’avoir contribué « un tout petit peu à quelque chose de très grand », à la reconstruction d’un humain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi