•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jérôme Dupras, des Cowboys Fringants à la recherche scientifique

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au jeudi de 21 h à 22 h
et le dimanche de 20 h à 21 h, jusqu'au 21 juin
(en rediffusion du mercredi au vendredi à 3 h)

Jérôme Dupras, des Cowboys Fringants à la recherche scientifique

Jérôme Dupras, professeur d'économie écologique à l'université du Québec en Outaouais

Jérôme Dupras, professeur d'économie écologique à l'université du Québec en Outaouais

Photo : Radio-Canada / Etienne Leblanc

Il est à la fois un homme de musique et un homme de science. Il comble sa curiosité scientifique en étant professeur au Département des sciences naturelles à l'Université du Québec en Outaouais (UQO) et chercheur à l'Institut des sciences de la forêt tempérée (ISFORT). De plus, la musique occupe une grande place dans sa vie, puisqu'il est bassiste du populaire groupe Les Cowboys Fringants. « Le moteur de ces deux métiers, c'est l'action, avec des passions communes », affirme Jérôme Dupras, que Sophie-Andrée Blondin rencontre à l'UQO.

Montage du visage de Jérôme Dupras accompagné de la citation : « Je n’ai pas peur du vendredi soir quand je monte sur scène; ni du lundi matin quand je rentre au laboratoire. C’est une passion contagieuse dans les deux cas. »

Jérôme Dupras

Photo : Radio-Canada

Le père de Jérôme Dupras était vétérinaire et chercheur en biologie, mais en plus, contrebassiste pour des artistes québécois. Son fils l’imitera plus tard, mais plus jeune, ce dernier s’est concentré sur une formation en sciences au cégep.

Jérôme Dupras a étudié au baccalauréat en biochimie, une « beauté du vivant » qui l’a ébloui. En parallèle, Les Cowboys Fringants, qui avaient vu le jour en 1996, ont commencé à connaître un succès qui s’est confirmé avec le disque Break syndical en 2002. Cette même année, Jérôme Dupras a terminé son baccalauréat et a laissé de côté les sciences pour la musique.

Les Cowboys Fringants

Les Cowboys Fringants en concert lors des FrancoFolies de Montréal à l'été 2017

Photo : FrancoFolies/Benoit Rousseau

Plus tard, malgré le succès des Cowboys Fringants qui ne fléchissait pas, il a décidé d’entreprendre une maîtrise. « Je me disais que j’allais y revenir un jour », dit-il. À la lumière des chansons environnementales du groupe qui prenaient de plus en plus de place, le projet d’étudier le monde cellulaire de la biochimie ne lui plaisait plus. Il préférait dès lors les écosystèmes et a donc entamé une maîtrise et un doctorat en géographie.

Depuis, le chercheur s’est spécialisé en économie écologique. « C’est l’économie du 21e siècle, rien de moins », explique-t-il au sujet de ce mariage d’économistes, d’écologistes et de géographes. Dans sa thèse de doctorat, Jérôme Dupras a ainsi démontré que dans la grande région de Montréal, les retombées annuelles de la contribution d’écosystèmes naturels – comme la pollinisation et le contrôle des eaux de ruissellement – sont de 2,2 milliards de dollars.

Deux métiers liés

Sa vie tout aussi active dans un groupe de musique l’aide dans son métier de scientifique. « La science s’adresse à la tête, la musique au cœur. Dans les deux, pour atteindre la tête et le cœur, il faut être créatif », croit fermement Jérôme Dupras.

Je suis un peu le comité scientifique de Jean-François Pauzé, le principal auteur-compositeur du groupe. […] Il me consulte quand il va traiter de sujets liés à l’agriculture et aux changements climatiques.

Jérôme Dupras

Les deux métiers du scientifique et musicien sont intimement liés, en plus de son activisme écologique, que le groupe a adopté, notamment avec la Fondation Cowboys Fringants depuis 2006. Cette organisation vouée à la protection de l’environnement a ainsi permis la plantation de près de 425 000 arbres.

Un écoanxieux

Comme plusieurs scientifiques qui travaillent au quotidien avec des données sur les catastrophes naturelles, Jérôme Dupras souffre d’écoanxiété. Pour pallier ce mal, il privilégie l’action, mais il n’envisage pas de faire le saut en politique.

Lorsque Sophie-Andrée Blondin lui demande pour quelle chanson des Cowboys Fringants il aimerait qu’on se souvienne de lui, il répond Les étoiles filantes, qui traite de la présence de l’être humain sur la terre comme un flash, une présence de courte durée dans l’univers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi