•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au jeudi de 21 h à 22 h
(en rediffusion du mercredi au vendredi à 3 h)

Alex Harvey : la nouvelle vie de l’ex-fondeur

Alex Harvey les deux bras dans les airs avec ses skis lors de sa victoire le 24 mars

Le 24 mars 2019, Alex Harvey a mis la touche finale à sa grande carrière en montant sur le podium de sa dernière course.

Photo : The Canadian Press / Jacques Boissinot

Fini l'entraînement pour l'ex-fondeur Alex Harvey, qui termine ses études en droit, amorcées en 2008, et qui rêvait d'une vie plus normale. Cet athlète-né continue cependant de faire du sport pour le plaisir avec ses amis et sa famille, sans la pression des entraînements : « Du mois de novembre jusqu'à la fin du mois de mars, j'étais parti continuellement, je ne revenais pas à la maison du tout pendant près de cinq mois. Ça inclut Noël. [...] J'ai vécu dans ma valise plusieurs années. » Alex Harvey décrit à Alain Gravel sa vie d'athlète retraité et raconte les grands moments de sa carrière sur les pistes de ski de fond.

Alex Harvey aime argumenter, débattre et négocier avec les gens. Lorsqu'il aura terminé sa formation en droit, il prévoit aussi garder un certain pied dans le sport.

Une famille de sportifs

Son père est le fondeur et cycliste sur route Pierre Harvey. Mireille Belzil, sa mère, pratique la médecine sportive. Et ses deux sœurs sont également des athlètes accomplies. Bizarrement, Alex Harvey est le seul de la famille à ne pas avoir remporté de médaille aux Jeux du Québec et n’est jamais allé aux Jeux du Canada. « J’étais dans les bons, mais je n’étais pas dans les meilleurs au Québec, dit-il. Ça m’a permis de vouloir m’entraîner plus et d’essayer toujours de m’améliorer. Je pense que ça m’a servi. »

De plus, sa poussée de croissance a été tardive. Chose certaine, le jeune Alex Harvey est une boule d’énergie, et il a failli être médicamenté. « Il fallait que je canalise mon énergie », raconte celui qui faisait des mauvais coups à l’école.

Le ski de fond, un sport exigeant et souffrant

« J’ai souffert beaucoup plus dans les entraînements que dans des compétitions. » C’est ce que retient Alex Harvey des entraînements anaérobiques avec beaucoup de répétitions. Le niveau d’acide lactique dans le sang explose : « C’est comme une crampe, mais qui dure. » En plus, les bronches brûlent.

Être un athlète, ce n’est pas s’entraîner, c’est un mode de vie. C’est 24 heures sur 24, surtout dans les sports d’endurance.

Alex Harvey
Alex Harvey s'accroupit dans une descente lors de l'épreuve de poursuite de la Coupe du monde de ski de fond à Québec.

Alex Harvey en pleine course

Photo : AFP / MARTIN OUELLET-DIOTTE

Sa récente retraite ne lui fait pas peur. Elle s’est déroulée progressivement, car après les dernières compétitions, il s’est marié et a fait une longue tournée médiatique.

En carrière, Alex Harvey a gagné plusieurs courses, plus de 30 podiums et 2 championnats du monde, dont le 50 km en Finlande en 2017, l'épreuve reine en ski de fond. Ce fut un moment extraordinaire pour lui.

Alex Harvey célèbre sa victoire au 50 km départ groupé style libre aux Championnats du monde à Lahti, en Finlande, en mars 2017.

Alex Harvey célèbre sa victoire au 50 km départ groupé style libre aux Championnats du monde à Lahti, en Finlande, en mars 2017.

Photo : AFP/Getty Images / Jonathan Nackstrand

Je suis devenu qui je suis aujourd’hui grâce au sport. […] Je me suis forgé une résilience, une persévérance que je n’aurais probablement pas su acquérir sans être un athlète.

Alex Harvey
Montage du visage d’Alex Harvey accompagné de la citation : « Pour être le meilleur au monde, il faut n’avoir aucun doute. »

Alex Harvey

Photo : Radio-Canada

Aujourd’hui, Alex Harvey veut fonder une famille. Il aimerait que ses futurs enfants aient du plaisir dans les sports. En ce qui concerne la compétition, il n’est pas certain de vouloir que ses enfants courent les risques inhérents aux entraînements intensifs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi