•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La douceur du piano d’Alexandra Stréliski

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

La douceur du piano d’Alexandra Stréliski

Dans un studio, une femme sourit légèrement devant un micro.

Alexandra Stréliski

Photo : Radio-Canada / Ronald Georges

Avec son piano et ses disques, Inscape et Pianoscope, la compositrice-interprète Alexandra Stréliski a conquis une foule de mélomanes. Elle a fait connaître sa musique au-delà des frontières, en tirant profit d'une industrie en mutation, où les artistes ont un accès plus direct avec leur public. En prime, d'importants créateurs ont eu envie de marier leurs œuvres avec les siennes, dont le cinéaste Jean-Marc Vallée. Alexandra Stréliski raconte son parcours à René Homier-Roy.

Alexandra Stréliski a commencé à jouer du piano à 6 ans, sur un Lodz, un piano droit qui l’accompagne depuis. Elle a enregistré Pianoscope, son premier disque, sur un piano à queue, mais est revenue au Lodz pour le deuxième, Inscape. « J’avais envie de rendre les œuvres d’Inscape de la manière la plus immédiate possible, et pour ça, c’était d’enregistrer sur l’instrument sur lequel j’ai créé la musique », affirme la pianiste au sujet de cet album au son plus brut.

Montage du visage d’Alexandra Stréliski au micro de Radio-Canada, accompagné de la citation : « Je veux démocratiser la musique dite classique. »

Alexandra Stréliski

Photo : Radio-Canada / Ronald Georges

De la publicité à la musique de création

Son père, Jean-Jacques Stréliski, est une figure importante de la publicité au Québec. Elle y a travaillé aussi quelque temps, en tant que compositrice et musicienne. « Ce qui est le fun en pub, c’est que c’est très court, et ce sont différents projets. Tu fais toutes sortes de choses toute ta semaine », explique Alexandra Stréliski. Elle a cependant refusé de consacrer toute sa carrière musicale à ce domaine et a préféré emprunter un chemin plus exigeant, où elle expose sa vulnérabilité.

J’ai mis une bonne dizaine d’années avant d’accepter de faire ce métier-là, de me mettre de l’avant, de porter cette musique-là, qui est très intime, sur la scène.

Alexandra Stréliski

Pianoscope, son premier disque s’est propagé sur Internet surtout. Elle voulait une carte de visite, sans plan particulier, contrairement à Inscape, pour lequel il y avait une stratégie de mise en marché et de promotion élaborée.

Le succès est survenu avec Inscape, lorsqu’elle a remporté trois Félix au Gala de l’ADISQ 2019, celui de révélation de l’année, d’auteure ou compositrice de l’année et d’album instrumental de l’année.

Le coup de pouce de Jean-Marc Vallée

En utilisant des musiques tirées de ses disques et des commandes pour son film Dallas Buyers Club, le cinéaste Jean-Marc Vallée a donné un sérieux envol à la carrière d’Alexandra Stréliski. Un extrait de ces compositions a même pu être entendu durant le gala des Oscars en 2014.

« J’ai vécu ça comme une petite fille », raconte une Alexandra Stréliski encore sur un nuage après toutes ces années. Dès lors, elle s'est dit que tout est alors possible après ce « sceau d’approbation hollywoodien ».

« J’aime beaucoup les films, j’aime beaucoup les séries et j’aime beaucoup le fait de raconter des histoires humaines », dit-elle au sujet du travail de compositrice de films, un métier qui demande un dialogue avec le réalisateur et de l’empathie, « parce qu’il faut se mettre au service d’un scénario, d’un personnage ».

Surmonter la peur de la scène

Pour la suite des choses, Alexandra Stréliski croit qu’elle composera de la musique de film, et elle se voit sur scène. Elle entame d’ailleurs une tournée de concerts au Québec (50 dates) et présentera quelques spectacles en Europe et aux États-Unis.

Elle n’avait pourtant aucune envie d’être une pianiste de concert. Elle le fait à sa manière, « différemment, avec moins de cadres ». À l’image de sa carrière, quoi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi