Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du jeudi 26 janvier 2017

François Audet : urgentologue humanitaire

Publié le

François Audet, directeur de l’Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaire et professeur à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESG-UQÀM)
François Audet, directeur de l’Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaire et professeur à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESG-UQÀM)   Photo : http://www.occah.org/

Que ce soit lors de guerres ou de catastrophes naturelles, « une crise humanitaire, c'est quand les pays et les États n'ont pas de ressources pour protéger leur population ». Michel Lacombe reçoit François Audet, le directeur de l'Observatoire canadien sur les crises et l'aide humanitaire (OCCAH). Cette « énorme machine » qui le mène aux quatre coins du monde lui demande plusieurs sacrifices, mais elle est aussi très valorisante.

Plus d'un demi-million de personnes travaillent dans ces organismes qui interviennent pour sauver des vies humaines, dans les situations d'urgence. « C'est motivé par une forme d'idéalisme, l'humanitaire. Il faut continuer à espérer qu'on peut s'améliorer comme espèce et comme société », explique François Audet.

C'est extrêmement valorisant. À CARE Canada, j'étais sur l'équipe d'urgence. Un peu comme un urgentologue à l'hôpital, on a un [téléavertisseur]. Dès qu'il y a un conflit, on est appelés, mobilisés et déployés en quelques heures ou quelques jours.

François Audet

Une vocation
Son travail dans des contextes d'urgence comme le tremblement de terre en Haïti, la famine au Niger ou la guerre en Colombie lui demande aussi des sacrifices. Par exemple, François Audet a dû mettre de côté le projet de fonder une famille, et « c'est difficile de faire des plans de soirées, d'amis, de vie ».

Chargement en cours