Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphane Garneau
Audio fil du mercredi 18 septembre 2019

Édith Butler, la bête de scène grande ambassadrice de la culture acadienne

Publié le

Une femme sourit devant un micro
Édith Butler   Photo : Radio-Canada / Ronald Georges

Son visage a orné un timbre en 2009, elle a été nommée en 2019 chevalière des arts et des lettres de la République française en plus d'être intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens. Elle a chanté aux côtés de James Taylor, de Bob Dylan, de Joan Baez et de Buffy Sainte-Marie. La chanteuse Édith Butler est une véritable légende, et pas seulement en Acadie. Après 45 ans de carrière et 2 millions de disques vendus, elle n'a rien perdu de sa verve, comme le constate Monique Giroux au cours de cet entretien.

Édith Butler est née à Paquetville – qu’elle a immortalisée dans un de ses succès –, près de Caraquet, au Nouveau-Brunswick, en 1942. Le talent musical provient de la famille de sa mère, puisque les Paquette sont des musiciens dans l’âme. La passion d’Édith Butler pour la charpenterie provient de son grand-père Godin, issu une famille de charpentiers. « Il faut toujours que j’aie un marteau. L’hiver, quand je ne peux pas construire d’édifices ou de maisons, je construis des instruments de musique », révèle l’artiste.

Au début des années 1960, Édith Butler donne son premier concert, composé de trois chansons, lors d’une soirée culturelle. Des étudiants de l’Université de Moncton présents ce soir-là lui demandent de revenir sur scène quelques semaines plus tard. Pour s’y préparer, Édith Butler se plonge dans le répertoire musical acadien.

J’ai réalisé que ma voix était faite pour la musique acadienne. […] Je me trouvais bien là-dedans. Je trouvais mon identité au fur et à mesure que j’avançais en faisant de la musique acadienne.

Édith Butler, chanteuse

Des années foisonnantes

En 1970, elle offre 500 spectacles en six mois au Japon, lors de l’Exposition universelle d’Osaka.

Son premier album, Avant d’être dépaysée, paraît en 1973, et est un franc succès. « Les Québécois ont été surpris de voir quelqu’un qui venait d’ailleurs parler de cette façon-là et chanter ça », affirme fièrement Édith Butler. En France, c’est la folie. Elle est invitée à toutes les émissions de radio et de télévision.

Photo en noir et blanc d'une femme qui regarde la caméra la main levée.
Édith Butler en 1972 Photo : Radio-Canada/Jean-Pierre Karsenty

Cette même année, elle rencontre Lise Aubut, son agente. Ensemble, elles créeront 150 chansons, probablement plus, dont plusieurs ne seront pas enregistrées.

En 1985, la consécration survient à Paris lorsque la chanteuse se produit au célèbre Olympia.

Une défricheuse

À l’image d’Antonine Maillet, Édith Butler a pavé la voie à bien des artistes acadiens. Aujourd’hui, ils foisonnent, pensons aux Hay Babies, à Lisa LeBlanc, aux Hôtesses d’Hilaire, à Marie-Jo Thério, à Radio Radio et à Joseph Edgar. Ils sont libres et ne portent pas l’étiquette « d’artistes acadiens ».

Ils ne sentent pas le besoin de se battre comme moi. […] Ils n’ont pas de problèmes avec leur identité. Ils foncent et ils vont partout. […] Il n’y a rien qui les arrête.

Édith Butler, chanteuse

En 2019, Édith Butler est toujours aussi animée sur une scène, à l’exemple de sa prestation cet été au Congrès mondial acadien : « J’étais en feu! C’était tellement extraordinaire de voir tous les Acadiens se rassembler là, avec tous leurs drapeaux, et toutes leurs couleurs, toute leur culture. »

Montage du visage d’Édith Butler au micro de Radio-Canada, accompagné de la citation : « Ma grande tante avait 108 ans… alors, attendez-vous de m’entendre chanter Paquetville pendant longtemps. »
Édith Butler Photo : Radio-Canada

Chargement en cours