•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La psychothérapeute Esther Perel, celle qui voit l'infidélité autrement

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au jeudi de 21 h à 22 h
(en rediffusion du mercredi au vendredi à 3 h)

La psychothérapeute Esther Perel, celle qui voit l'infidélité autrement

Audio fil du jeudi 29 août 2019
La psychothérapeute Esther Perel

La psychothérapeute Esther Perel en mars 2018 à Austin, au Texas

Photo : Getty Images / Vivien Killilea

(Rediffusion d'une entrevue du 23 février 2019) « C'est un phénomène de société, c'est un phénomène intergénérationnel, et ce n'est pas un phénomène de pommes pourries », dit la psychothérapeute Esther Perel au micro de Stéphan Bureau en parlant de l'adultère et de l'infidélité, des objets d'étude auxquels elle s'intéresse depuis de nombreuses années. Selon l'auteure du livre Je t'aime, je te trompe, l'infidélité n'est pas nécessairement le signe officiel d'un couple qui ne fonctionne plus. « Parfois, elle est la fin d'un couple. C'est le coup fatal, mortel. Mais dans d'autres cas, parfois, elle peut en fait être un système d'alarme tellement intense qu'il redonne aux gens une initiative, une ambition de se remettre [ensemble]. »

Esther Perel juge qu'aujourd’hui, nos attentes envers le couple et une vie romantiques sont élevées. De plus, on ne sait pas ce qui arrive dans la vie des autres; un couple peut se séparer et leurs meilleurs amis ne le sauront pas.

Certes, l’infidélité est le secret qui occupe le plus les devants de la scène lors d’une crise dans le couple, car elle est violente, selon Esther Perelmais. On ne perçoit pas toutes les autres trahisons relationnelles qui peuvent y apparaître : le rejet, la froideur, la lassitude, l’indifférence et la violence, par exemple.

L’infidélité recèle le drame humain : la passion, le désir, le rejet, la possessivité, la jalousie, la vengeance, le secret, le mensonge. Il faut aller à l’opéra en général pour ça!

Esther Perel

La crise de l’infidélité

Dans Je t’aime, je te trompe, Esther Perel aborde sans ambages la crise de l’infidélité. « L’infidélité et la fidélité, pendant toute l’histoire, n’avaient rien à voir avec l’amour. La fidélité était principalement une imposition sur la femme pour des raisons économiques, pour qu’il [l’homme] puisse savoir à qui appartiennent les enfants et qui recevra le troupeau plus tard. Ce n’était pas du tout égal entre les hommes et les femmes », explique la psychothérapeute.

On a toujours trompé, mais le sens du couple a fondamentalement changé. La crise, c’est la destruction des grandes ambitions amoureuses, le fracas de l’idéal romantique, une trahison de la confiance comme on n’a jamais vécu avant […], et c’est souvent une crise identitaire.

Esther Perel

Donner l’exemple

Comment se porte le couple de la psychothérapeute qui conseille les relations amoureuses de bien des gens? Esther Perel joue le jeu avec franchise et raconte à Stéphan Bureau qu’elle est avec le même homme depuis 35 ans, mais qu’elle s’est « mariée » trois fois : ils ont changé, et la relation s’est aussi modifiée. « La richesse d’un couple, c’est de pouvoir faire de nouveaux choix à l’intérieur même de ce couple-là. L’histoire change. »

Montage du visage d’Esther Perel, accompagné de la citation : « Toute relation est un cycle d’harmonie, disharmonie et réparation. »

Esther Perel

Photo : Radio-Canada

Esther Perel estime qu'il n’y a pas un seul modèle pour être en couple aujourd’hui. Selon elle, nos besoins et nos désirs ne sont pas fondamentalement différents de ceux des générations précédentes, mais aujourd’hui, nous avons la possibilité de nous exprimer, d’être heureux.

Références

Je t'aime, je te trompe : repenser l'infidélité pour réinventer son couple, Esther Perel, Pocket, 2019

L'Intelligence érotique : faire (re)vivre le désir dans le couple, Esther Perel, Pocket, 2013

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi