•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Romain Gary : pour l’amour, la féminité et la littérature

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au jeudi de 21 h à 22 h
(en rediffusion du mercredi au vendredi à 3 h)

Romain Gary : pour l’amour, la féminité et la littérature

Audio fil du jeudi 6 juin 2019
Romain Gary en 1980, lors de l'enregistrement de l'émission <em>Propos et confidences</em>

Romain Gary en 1980, lors de l'enregistrement de l'émission Propos et confidences

Photo : Radio-Canada

« J'ai été sauvé par la création littéraire », expliquait l'auteur à succès Romain Gary en 1975. Cinq mois avant de recevoir son deuxième prix Goncourt, l'écrivain, journaliste et diplomate français s'est confié dans un long entretien d'une heure à l'émission Radioscopie de France Inter. Il revient sur son parcours atypique de Russie vers la France, puis dans l'armée durant la Seconde Guerre mondiale et en diplomatie par la suite.

Au micro de Jacques Chancel, l’auteur revisite aussi sa relation avec sa mère et ses passions amoureuses au long de sa vie. Il parle notamment de sa rupture difficile avec la célèbre actrice franco-américaine Jean Seberg, mère de son fils.

Il aborde également son usage de pseudonymes pour échapper à l’image que les autres lui ont accolée.

Pourquoi des hommes se fabriquent des fantasmes sur mon dos et contre moi, en proie à quelle étrange infection virile?

Romain Gary, auteur et diplomate, à propos des hommes qui se prononcent sur sa vie privée
Le coupe est assis dans une gondole dans un canal de Venise.

Romain Gary et Jean Seberg en vacances à Venise le 27 octobre 1961.

Photo : Getty Images / Keystone

À sa mort, cinq ans plus tard, on apprendra qu’il se cachait aussi derrière le pseudonyme Émile Ajar, dont le livre La vie devant soi avait remporté le prix Goncourt quelques semaines après cette entrevue. Selon les règles de ce prestigieux concours, un même auteur ne peut être récompensé deux fois. Il avait d’abord remporté le prix une première fois en 1956 avec le roman Les racines du ciel.

Ses livres, qui ont profondément marqué la littérature française de la dernière moitié du 20e siècle, ont aussi été plusieurs fois adaptés à l’écran. Romain Gary s’est même aventuré lui-même à la réalisation à deux reprises, chaque fois avec Jean Seberg en vedette.

Citation en blanc apposée sur une photo de l'auteur.

Romain Gary

Photo : Getty Images / Keystone/Hulton Archive

Il affirme encore avoir cette « fringale envers la vie », même si, dans la soixantaine, son corps commence à ne plus toujours suivre ses ambitions. « Je n’ai plus l’estomac qui correspond à cet appétit », raconte-t-il.

Alors qu’il explique son attitude face à la mort, il se prononce également en faveur de l’euthanasie. L’auteur français s’est suicidé en 1980, à 66 ans, un an après le suicide de Jean Seberg. Dans sa lettre de suicide, il affirme que sa mort n’est pas liée à celle de son ancienne flamme.

Les deux acteurs sont couchés dans un lit.

Sophia Loren et Paul Newman tiennent la vedette du film Lady L, tourné à Paris en 1964 et basé sur un livre de Romain Gary.

Photo : Getty Images / Keystone

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi