•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le printemps sans oiseau de Pierre Gingras

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au jeudi de 21 h à 22 h
(en rediffusion du mercredi au vendredi à 3 h)

Le printemps sans oiseau de Pierre Gingras

Audio fil du samedi 25 mai 2019
Il parle derrière un micro dans un studio.

Le journaliste et chroniqueur Pierre Gingras

Photo : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

Chaque nouveau printemps émerveille toujours le dynamique chroniqueur horticole et ornithologue Pierre Gingras. La saison du renouveau a cependant un goût amer cette année. « Pour la première fois, c'est un printemps un peu triste », raconte-t-il dans une longue entrevue avec Stéphan Bureau, où il revient sur ses longues années de carrière. L'incidence des nombreuses espèces disparues récemment est particulièrement marquée, selon lui.

« Moi qui ai toujours été un optimiste inébranlable, là-dessus, je pense que je suis pessimiste », raconte-t-il. « Je suis inquiet, à plus forte raison pour mes petits-enfants. »

La fin des hirondelles

Depuis près de cinq ans, les hirondelles ne nichent plus dans sa grange et ont disparu du paysage au Québec. De nombreux autres oiseaux ont aussi disparu depuis.

L’absence des chants d’oiseaux est particulièrement frappante cette année, selon Pierre Gingras. Ce dernier a donc l’impression d’être de plus en plus près de la réalité du livre Printemps silencieux, de la biologiste américaine Rachel Carson. Cet ouvrage a contribué à lancer le mouvement écologiste occidental au début des années 1960. Le titre de cet essai scientifique et environnementaliste fait justement référence aux oiseaux décimés par la pollution humaine.

Je regarde le nombre d’oiseaux disparus depuis 10 à 30 ans au Québec; c’est incroyable.

Pierre Gingras, journaliste et chroniqueur horticole et ornithologue

Un groupe d'experts de l'Organisation des Nations unies sur la biodiversité (IPBES) annonçait d’ailleurs dernièrement qu’un million d’espèces animales et végétales étaient désormais menacées d’extinction en raison de l’activité humaine. Pour éviter l’hécatombe et mobiliser une véritable conscience environnementale planétaire, on doit cependant d’abord lutter contre les inégalités et la pauvreté, selon Pierre Gingras.

« Tant qu’il n’y aura pas une balance plus équilibrée des revenus, c’est évident que ce type de conscience de l’environnement ne sera pas là », dit-il.

Pierre Gingras tient un navet japonais

Pierre Gingras parle du navet japonais à l'émission Médium large en 2014.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Du béton à la forêt

Le journaliste horticole a grandi à Hochelaga, à Montréal, mais il passait ses étés « dans le bois », au chalet familial, sans électricité ni eau courante. Loin du béton de la métropole, il y a découvert l’univers enchanteur de la faune et de la flore. De retour à Montréal, il a même déjà mis en place un minizoo dans la maison familiale pour ses camarades de classe avec, entre autres, un alligator nain et des lapins.

« J’ai nagé dans le plaisir toute ma vie », raconte-t-il. La nature est époustouflante, selon lui, en particulier durant le court printemps du Québec.

« À ce moment, les plantes bulbeuses émergent du sol à une vitesse phénoménale, ajoute-t-il. Dans certains cas, c’est émouvant. »

Même aujourd’hui, je n’ai pas l’impression de travailler.

Pierre Gingras, journaliste spécialisé en horticulture et ornithologie

Chez lui, dans une ancienne région agricole en périphérie de Montréal, il a aussi déjà eu des poules, des pintades, des cailles et des abeilles. « J’ai eu tellement de plaisir! »

« C’est peut-être du plaisir, mais c’est du travail aussi, précise-t-il tout de même. Les heures, je ne les compte pas vraiment. »

Pierre Gingras tenant trois phragmites.

Pierre Gingras dans les phragmites à l'automne dernier dans les studios d'ICI Radio-Canada Première

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi