Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphane Garneau
Audio fil du jeudi 18 avril 2019

Catherine Trudeau, tout pour la création

Publié le

Catherine Trudeau rit au micro
La comédienne Catherine Trudeau   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

D'abord comédienne, Catherine Trudeau explore aussi, aujourd'hui, différentes facettes de la création à travers des chroniques radio ou encore l'écriture de son premier livre, qui sera publié en septembre. « Le propre du métier qu'on fait, c'est la curiosité de l'autre », explique-t-elle. « Je me sens encore comme une grande enfant. »

Ça fait 20 ans que je fais ça et je ne crois pas encore que je suis payée pour faire ce que je fais.

Catherine Trudeau, comédienne, chroniqueuse et autrice

Elle raconte dans cette entrevue d’une heure avec Franco Nuovo comment le théâtre l’a ouverte sur les autres au moment où elle « longeait les murs » à l’école secondaire. « Ça m’a donné confiance », dit-elle avec le recul. Le fait d’exister dans le regard des autres l'a grandement aidée avec ses problèmes de confiance en elle. Plusieurs professeurs lui ont même recommandé d’aller faire ses auditions en théâtre à la sortie de l’école.

« Ç’a été plus fort que ma gêne et ma timidité », raconte la comédienne. « Je m’étais prouvé à moi-même que j’étais capable de passer à travers ça, mais je ne voyais pas un métier là-dedans. »

Elle a d’abord voulu être journaliste pendant quelques années. Elle a étudié la littérature à l’université avant d'entrer au Conservatoire d’art dramatique de Montréal.

« J’ai souvent utilisé les mots "gêne" et "timidité" pour décrire l’enfant que j’étais, [mais] je pense que j’étais anxieuse, précise-t-elle. J’ai trouvé le moyen de vivre avec ça – comme on est plusieurs à vivre avec ça –, mais je ne le nommais pas comme tel. »

Elle affiche un air sérieux, le combiné du téléphone à l'oreille.
Le personnage de Marie Rousseau (Catherine Trudeau) Photo : Radio-Canada

Durant son enfance et son adolescence, la peur l’accompagnait partout : ne pas être à la hauteur, ne pas être en retard ou même ne pas choisir la bonne couleur d’un dessin.

« Ce n’est pas reposant pantoute », explique-t-elle aujourd’hui, même si elle a toujours été créative et imaginative. « J’ai arrêté de faire du déni. »

Récemment, son jeune fils a commencé lui aussi à avoir des problèmes liés à l’anxiété. « Pour moi, la peur, ce n’est pas un moteur, c’est un frein. »

« Je suis très timide encore aujourd’hui et personne ne me croit, mais c’est parce que je vais au-devant », ajoute-t-elle.

« Les enfants de la télé » : le rire de la semaine, avec Catherine Trudeau

Ce personnage-là a créé une telle réaction auprès des auditeurs que les auteurs François Létourneau et Jean-François Rivard n’ont pas eu le choix de la ramener et de lui trouver une histoire pour la deuxième saison et la troisième saison.

Catherine Trudeau, à propos de son célèbre personnage de Line-la-pas-fine dans la série « Les Invincibles »

Elle termine en ce moment un livre de fiction pour enfants, une bande dessinée romanesque, qu’elle écrit en collaboration avec un illustrateur et qui devrait être publié en septembre.

« L’écriture fait partie de ma vie depuis longtemps », rappelle celle qui est aussi collaboratrice régulière aux émissions Pas tous en même temps et Plus on est de fous, plus on lit!, sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première. « Pour moi, c’est une manière de créer autrement. »

Ce livre raconte avec humour l’histoire d’une jeune fille, Bérénice, qui n’aime pas son prénom et qui part à la découverte du personnage du même nom dans le roman qui a marqué sa mère, L'avalée des avalés.

L'avalée des avalés, de Réjean Ducharme

Résumé : Paru en 1966, L'avalée des avalés est le premier roman de Réjean Ducharme, qui l'a écrit alors qu'il n'avait que 24 ans. Il s'agit du journal d'une jeune fille de 11 ans, Bérénice Einberg, révoltée et anticonformiste, qui rend compte de sa relation conflictuelle avec ses parents et de son amour simulé pour son frère, qui la mène en exil à New York. Porté par une prose riche et poétique, L'avalée des avalés est un hymne à la liberté, mais aussi une œuvre contestataire. Bien que profondément nouveau et original, le roman de Ducharme s'inscrit dans l'esprit de révolte de l'époque de la Révolution tranquille. Bérénice est le personnage à contre-courant par excellence.

Écoutez le livre audio, lu par Pascale Bussière, sur ICI Radio-Canada Première ►

Catherine Trudeau est aussi porte-parole de la Fondation Maison Théâtre et du Prix jeunesse des libraires du Québec.

Chargement en cours