Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphane Garneau
Audio fil du samedi 13 avril 2019

Jean Barbe et le devoir de raconter

Publié le

Il sourit à la caméra
L'auteur et animateur Jean Barbe   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« J'ai toujours pensé que si l'on ne racontait pas nos histoires, quelqu'un d'autre s'en chargerait à notre place », explique Jean Barbe à Stéphan Bureau dans un entretien d'une heure. L'auteur et éditeur revient sur son parcours et son désir de raconter le monde pour le rendre meilleur. Idéaliste? « On n'a pas le choix », dit-il.

Le cofondateur du magazine Voir en 1986 aime écrire, mais il est aussi, et surtout, porté par l'appétit de soulever des questions et de rappeler la complexité du monde. Dans son travail d’écriture, il tente de « créer un discours où la complexité va prendre le dessus sur la simplicité ».

Un de ses livres les plus populaires, Comment devenir un monstre, était d’ailleurs pour lui un moyen d’explorer notre rapport à la violence, à l’aube de la dernière guerre en Irak. « La monstruosité est en nous tous », rappelle-t-il.

C’est le drame de ma vie. J’aurais tout fait pour ne pas être alcoolique.

Jean Barbe, écrivain et éditeur

Le roman et la création lui servent ainsi à trouver des réponses qui, reconnaît-il, débouchent le plus souvent sur d’autres questions. Les œuvres de création permettent tout de même d’acquérir une emprise plus forte sur le monde, ce sont « des moments de lumière », selon lui.

Page couverture du livre représentant un enfant assis
Page couverture   Photo : Comment devenir un monstre, Jean Barbe, Leméac Éditeur, 2004.

Comment devenir un monstre, de Jean Barbe (Leméac Éditeur)

Résumé : Dans un pays en guerre, un homme surnommé « le monstre » attend son procès, enfermé dans un mutisme inflexible. Un avocat, François Chevalier, est chargé de sa défense. Il s'agit de sa première mission pour Avocats sans frontières. Venu de l'étranger, il tentera de comprendre les crimes et le silence de cet homme ordinaire, transformé en tueur. Récit d'aventures, histoire d'amour et quête philosophique, Comment devenir un monstre se lit comme un roman policier. L'alternance entre la narration de l'avocat et celle de l'accusé permet au lecteur de s'identifier aux deux personnages et de révéler la part de monstruosité en chacun de nous. Jean Barbe s'est inspiré d'un reportage sur la guerre en Bosnie pour porter un regard lucide sur la condition humaine et s'interroger sur l'engrenage qui peut conduire quelqu'un à la folie meurtrière.

Écoutez le livre audio Comment devenir un monstre lu par Jean Barbe sur le site d'ICI Radio-Canada Première ►

On est aveugle sur soi-même, si l'on n’a pas les mots pour dire les choses.

Jean Barbe, écrivain et éditeur

Changer le système pour sauver la planète

Le sort de la planète l’inquiète beaucoup, et depuis longtemps. On détruit actuellement la terre, selon lui, et ce n’est que depuis quelques années à peine que l'on arrive enfin à nommer les choses. Il faut parler, par exemple, des travers du système économique capitaliste qui détruit actuellement la terre, selon lui, à travers une course à la possession.

Je pense qu’il y a des phrases qui nous changent.

Jean Barbe, écrivain et éditeur

Jean Barbe rappelle que les grandes corporations sont les vrais grands pollueurs. Il encourage d’ailleurs les gens à continuer à mettre de la pression sur les politiciens afin de forcer les grandes entreprises à adopter un comportement plus éthique et écologique.

« Il faut que l’ordre établi comprenne le plus vite possible qu’il doit changer », raconte-t-il. Nous devons aussi changer notre manière de vivre, selon lui, sinon nous assisterons à un scénario catastrophe.

« Ma seule préoccupation, comme humain, au cours des 30 ou 40 prochaines années, c’est de limiter les dégâts », explique celui qui est aussi chroniqueur. « Mes seules armes, ce sont les mots. »

S’il a délaissé un peu l'écriture de romans dans les 10 dernières années, l’écrivain prépare, avec Guillaume Vigneault, un film sur le reporter de guerre français Paul Marchand. À plus long terme, il planifie également un autre film, en anglais cette fois-ci, qui portera sur l’état de la planète et qui devrait s'appeler Revolution.

Chargement en cours