Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animateur Stéphane Garneau
Audio fil du samedi 19 janvier 2019

La solitude de Magalie Lépine-Blondeau

Publié le

Magalie Lépine-Blondeau
Magalie Lépine-Blondeau   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Magalie Lépine-Blondeau a eu une enfance quelque peu en retrait. Sans nécessairement en être consciente, elle a eu très tôt une forte relation avec le jeu, avant même de comprendre ce qu'était le théâtre, explique-t-elle dans un entretien d'une heure avec Stéphan Bureau. Mais ses rêvasseries étaient aussi souvent synonymes de fuite et de solitude pour elle.

« Ma rencontre avec le jeu a été une rencontre avec moi », explique celle qui est sortie de l’école de théâtre en 2005.

J’étais enfant, je ne savais pas encore ce qu’était le théâtre, et je disais à mes parents que je voulais faire du théâtre dans la vie.

Magalie Lépine-Blondeau, comédienne

Dans sa jeunesse, l'imaginaire débordant de Magalie Lépine-Blondeau a ainsi été à la fois un refuge et, parfois, une certaine forme de prison. « Autant j’ai cultivé [mon âme], autant j’ai, par moments, souffert de cette solitude. Aujourd’hui, elle me sert parce qu’il y a un dialogue intérieur que j’ai énormément nourri. [...] La fuite est devenue une quête. »

Elle explique qu’elle n’était pas particulièrement à la mode ou populaire dans son enfance.

« Je ne retournerais jamais à l’adolescence ou même à ma vingtaine, raconte-t-elle. Je suis beaucoup plus accomplie, cohérente, bien dans ma peau, mûre, intéressante et gentille que je l’étais il y a quelques années. »

Magalie Lépine-Blondeau joue dans District 31
Magalie Lépine-Blondeau dans le rôle de Nadine Legrand Photo : Radio-Canada

On lui propose d’ailleurs maintenant des rôles plus complexes et plus intéressants qu’avant, loin des jeunes premières ou des faire-valoir de rôles masculins.

« J’aime jouer la complexité qui m’habite aujourd’hui, dit-elle. J’aime me colletailler à des personnages féminins qui sont beaucoup plus riches que ce qu’on m’aurait offert dans la vingtaine. »

Je suis une meilleure version de moi aujourd’hui que je ne l’étais il y a 10 ans. Et j’espère que dans 10 ans, je pourrai dire la même chose, et dans 20 ans, encore plus.

Magalie Lépine-Blondeau, comédienne

Après un début de carrière au théâtre, c'est la télévision qui a propulsé Magalie Lépine-Blondeau au firmament du vedettariat québécois, notamment grâce à son rôle de Nadine Legrand dans District 31, une quotidienne suivie en moyenne par plus d'un million de personnes. À la suite de cet immense succès, elle a reçu, grâce à un vote du public, le prix de la personnalité de l’année au dernier Gala Artis de TVA.

« Je n’ai jamais souhaité être une personnalité publique, explique-t-elle. Je sais que ça vient en partie avec mon métier, mais j’aimerais que cet aspect-là soit vraiment derrière [celui du] jeu. »

L’art de changer le monde

Le métier d’acteur est un métier d’humilité, selon l'interprète. Même si les projecteurs sont rivés sur les comédiens, il faut s’effacer derrière un personnage, rappelle-t-elle. Les artistes ont ainsi une immense responsabilité par rapport à ce qu’ils projettent, à l’effet émotionnel qu’ils ont sur le public.

« L’art n’est pas moral en soi, mais, comme artiste, on a une responsabilité morale quant à ce qu’on présente et ce qu’on propose comme discours, comme discussion. Et cette discussion que génère l’art est extrêmement importante. »

L’art serait ainsi essentiel à toutes les sociétés, croit-elle, pour réfléchir au monde autant que pour créer des espaces de répit et de joie, voire de transe.

L’art crée des espaces imaginaires communs, et ça, on en a immensément besoin, [...] sinon on est des êtres qui se réfugient rapidement dans nos solitudes respectives.

Magalie Lépine-Blondeau, comédienne
Magalie Lépine-Blondeau en robe de soirée au Gala des Prix Gémeaux.
En plus de recevoir deux prix Artis l'an dernier, Magalie Lépine-Blondeau a aussi remporté un prix Gémeaux. Photo : Pierre Manning

Références :

Page web de la pièce Électre à l'Espace Go
Le discours de réception d’Edmond Rostand à l'Académie française
Page de l'émission Plan B sur ICI Tou.tv

Magalie Lépine-Blondeau : sa façon d'aborder son métier

Chargement en cours