•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les grands entretiens

Les grands entretiens

Avec Stéphane Garneau

Du mardi au jeudi de 21 h à 22 h
(en rediffusion du mercredi au vendredi à 3 h)

Francis Reddy

Francis Reddy

Photo : Radio-Canada

L'animateur Francis Reddy réalise des entrevues en profondeur avec des personnalités du monde de la restauration.

Liste des sujets

Sujets de 1 à 10 sur 13
  • Le parcours de Jean-Marc Généreux est intimement lié à celui de sa partenaire de danse et conjointe France Mousseau, car le danseur l'a rencontrée quand il avait 9 ans. Après une carrière de danseur amateur et professionnel, Jean-Marc Généreux est devenu jury, au début des années 2010, pour les séries So You Think You Can Dance, présentée au réseau américain Fox, So You Think You Can Dance Canada, à CTV, Danse avec les stars, en France sur TF1, et Tout le monde danse, sur Évasion. Depuis l'automne 2018, il est juge pour l'émission Révolution, à TVA. « Où les paroles s'arrêtent, il nous reste quand même le geste. [...] Je n'ai pas besoin de retourner dans la préhistoire pour savoir qu'on s'exprimait avec des gestes bien avant qu'avec des paroles », affirme Jean-Marc Généreux pour décrire ce qu'est la danse.

  • Étudiante à l'Université Princeton, aux États-Unis, Annabel Soutar s'est intéressée au théâtre documentaire après avoir assisté à Twilight Los Angeles 1992, une pièce basée sur l'affaire Rodney King, un jeune Afro-Américain tabassé par la police. Cette forme de théâtre met en scène des événements réels, politiques, sociaux, historiques ou contemporains, mais sur les planches et dans un cadre fictionnel. Une vocation était née. Francis Reddy passe une heure en compagnie d'Annabel Soutar pour nous faire connaître cette passion et cette curiosité pour le théâtre documentaire.

  • « Ma vie d'adulte a commencé ici [au Québec] », affirme Stéphane Modat à Francis Reddy. Le chef des restaurants du Fairmont Le Château Frontenac est pourtant né à Paris, a grandi à Perpignan et a fait ses débuts dans des restaurants prestigieux. Stéphane Modat nous parle de sa passion pour le terroir et de la cuisine des Premières Nations, de son enfance et des odeurs du sud de la France, de l'importance de ses grands-parents et de sa passion pour la cuisine.

  • Au début des années 1960, Alanis Obomsawin a amorcé une carrière de chanteuse qui l'a amenée à interpréter des chansons traditionnelles sur scène dans des écoles, des réserves, des festivals de musique et à la télévision, aussi bien en Amérique du Nord qu'en Europe. Elle est arrivée au cinéma en 1967 à titre de consultante à l'Office national du film (ONF), où elle a, depuis, réalisé plus de 50 documentaires. Ses nombreux films récompensés traitent des combats livrés par les peuples autochtones au Canada, et ils mettent en valeur leurs voix, qui ont si longtemps été ignorées ou rejetées. Aux côtés de Francis Reddy, Alanis Obomsawin revient sur sa riche carrière, ses multiples personnalités artistiques et ses nombreux combats pour les causes autochtones.

  • « Je n'ai jamais sollicité un emploi de ma vie », affirme la cheffe de la direction de l'Orchestre symphonique de Montréal, Madeleine Careau, au sujet de sa carrière. Après des études en science politique à l'Université Laval, elle s'intègre rapidement dans le domaine de la culture, d'abord à l'Orchestre symphonique de Québec (OSQ), ensuite au Festival d'été de Québec. En 1979, elle fonde l'Association québécoise de l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ). Francis Reddy explore, en compagnie de Madeleine Careau, cette carrière extrêmement riche.

  • « Nous, on est à l'extérieur et on est des espèces de spectateurs privilégiés. Moi, je suis un initié, donc il y a beaucoup de choses que je vois, que je ressens », explique l'ex-entraîneur de hockey Dany Dubé, analyste-commentateur au 98,5 FM en compagnie de Martin MacGuire pour les matchs des Canadiens, à l'animateur Francis Reddy. Depuis 20 ans, les Canadiens n'ont remporté aucun honneur, ce qui rend sa tâche plus difficile. « Je travaille pour les gens qui écoutent. Je ne travaille pas pour les joueurs. »

  • « Je me suis senti comme un imposteur très, très longtemps », explique Danny St Pierre. Celui qui a obtenu son premier poste de chef à seulement 24 ans revient sur son parcours du combattant dans le milieu de la restauration au micro de Francis Reddy dans une entrevue du 24 janvier 2019. L'homme de 41 ans souhaite aux prochaines générations de chefs de pouvoir exercer leur métier « sans tout sacrifier ».

  • « Plus tu me décourages, et plus tu me dis que je ne suis pas capable, plus je deviens puissant », dit le chef cuisinier Antonio Park au micro de Francis Reddy. Celui qui possède de nombreux restaurants à Montréal, dont le Park et le Lavanderia, raconte que les épreuves de la vie, plutôt que de l'affaiblir, l'ont rendu plus fort. « Je suis toujours positif », affirme le chef qui dirige environ 1600 employés dans tous les établissements où il est impliqué.

  • « Je veux que les gens de la restauration aient les mêmes droits et les mêmes privilèges de vie que ceux qui travaillent dans des entreprises le fun », dit le chef cuisinier Antonin Mousseau-Rivard au micro de Francis Reddy. Selon le propriétaire du Mousso, couronné Restaurant de l'année au Gala des Lauriers 2018, il est impératif d'accorder de bonnes conditions aux employés qui travaillent dans le milieu de la restauration. Au-delà du salaire, cela passe notamment par l'instauration d'un esprit de famille et de communauté en cuisine. « C'est très important d'avoir le côté humain », dit celui qui en a bavé pendant quelques années lors de son apprentissage du métier.

  • « Je n'ai jamais eu le projet de devenir une grande chef. Je le fais pour nous, pour les Québécois. Moi, je nous aime. Je suis fière d'être Québécoise », dit la chef propriétaire du restaurant Chez St-Pierre, Colombe St-Pierre, au micro de Francis Reddy. Véritable autodidacte de la cuisine, la femme de 41 ans, qui a été élue chef de l'année au printemps, lors du premier Gala des Lauriers de la gastronomie québécoise, fait de la valorisation des produits du terroir et de la réappropriation du territoire ses principaux chevaux de bataille.

Vous aimerez aussi