Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Phillipe Fehmiu
Audio fil du dimanche 6 janvier 2019

Accompagner une personne en transition d'identité de genre : l’amour comme fil conducteur

Publié le

Un homme porte des écouteurs sur la tête.
Pascal Raud   Photo : Radio-Canada / Thomas Lafontaine

Le plus grand appui que l'on puisse donner à une personne en transition de genre est l'amour, croit Claudie Préfontaine, mère d'une adolescente en transition depuis peu. De son côté, Pascal Raud a entrepris un changement d'identité de genre il y a deux ans, à l'âge de 40 ans. Ce dernier est en studio avec Christine, une psychologue qui a vécu la transition de sa conjointe, Michelle Blanc.

Lors de cette étape, il est normal, par exemple, de se tromper parfois de genre dans un mot ou une phrase, indique Pascal Raud, dont la mastectomie est prévue en mars. Lui aussi se trompe parfois, dit-il en rigolant. « Pour l’instant, je suis dans la phase de transition où les gens hésitent » [entre l’appeler monsieur ou madame], explique-t-il, alors qu'il a des seins et une barbe. L'ablation de ses seins est l'une des étapes les plus importantes de son cheminement, estime-t-il.

Changer d'identité de genre quand on est à l'école

Le changement d'identité de genre de la fille de Claudie Préfontaine, assignée garçon à la naissance, se fait à un âge beaucoup plus jeune que celui de Pascal Raud. Après avoir déclaré son homosexualité il y a trois ans, l'enfant de Mme Préfontaine a découvert qu'il se sentait en fait mieux en tant que fille. Arianna a aujourd'hui 16 ans.

La plus belle surprise, c’est qu’elle a eu une adolescence normale à la polyvalente.

Claudie Préfontaine, mère d'une adolescente en transition

Une des chances de son enfant, croit-elle, est d'être tombé sur une école où sa transition a été acceptée et appuyée par le personnel de l'école ainsi que par la majorité des élèves. « On garde l’amour comme fil conducteur. »

De son côté, la conjointe de Michelle Blanc explique qu'elle a dû elle aussi s'adapter au changement d'identité de genre de la personne avec qui elle partage sa vie. Au début de la transition de Michelle Blanc, Christine a loué un pied-à-terre situé à côté de son bureau pour prendre le temps, elle aussi, de s'habituer à voir l'amour de sa vie s'habiller selon son identité de genre véritable.

Des écouteurs sur la tête, elle est assise derrière un micro.
L'ex-candidate du Parti québécois, Michelle Blanc, lors d'une entrevue à Radio-Canada en 2017. Photo : Radio-Canada/Philippe Couture

Chargement en cours