•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les faits d'abord

Avec Alain Gravel

Le samedi de midi à 13 h
(en rediffusion le dimanche à 3 h)

La menace terroriste islamique revient de l’avant

Des fleurs devant les portes du collège au enseignait la victime de l'attentat terroriste.

Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie, a été décapité hier alors qu'il rentrait chez lui.

Photo : Reuters / CHARLES PLATIAU

Un enseignant d'histoire a été décapité vendredi, en banlieue nord-ouest de Paris. Il avait montré en classe des caricatures de Mahomet dans un cours sur la liberté d'expression. L'urgentiste Patrick Pelloux, ancien collaborateur de Charlie Hebdo – dont le procès contre les assaillants et leurs complices se déroule actuellement –, est catégorique : « Nous avons atteint un nouveau tournant dans la spirale de l'islamo-facisme en France, [...] et on ne sait pas où ça va s'arrêter. [...] Il faut que notre pays réagisse par rapport à ce radicalisme religieux qui n'a absolument rien à faire en France. »

Pour David Morin, professeur titulaire à l’Université de Sherbrooke et codirecteur de l’Observatoire sur la radicalisation et l’extrémisme violent (OSR), le groupe armé État islamique est encore bien présent, même s’il s’est adapté et intervient moins en Europe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Bien entendu

  • OK Boomer