•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les faits d'abord

Avec Alain Gravel

Le samedi de midi à 13 h
(en rediffusion le dimanche à 3 h)

Racisme et santé des Autochtones : la situation au pays

Des personnes tiennent une banderole sur laquelle on peut lire : Justice pour Joyce.

Des gens ont manifesté pour demander justice après la mort de Joyce Echaquan, cette femme autochtone décédée dans des circonstances troubles à l'hôpital de Joliette, il y a deux semaines.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Cette semaine, le ministre fédéral des Services aux Autochtones, Marc Miller, a rencontré des leaders autochtones pour entendre leurs doléances et tenter de rétablir un lien de confiance après le décès de Joyce Echaquan, il y a deux semaines, à l'hôpital de Joliette. Concrètement, que doit faire le gouvernement pour changer les choses et comment se déroulent les relations avec les Autochtones ailleurs au Canada? Michèle Audette, conseillère principale en matière de réconciliation et d'éducation autochtone à l'Université Laval; Sébastien Brodeur-Girard, professeur à l'École d'études autochtones à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, et la Dre Josée Lavoie, professeure de santé communautaire à l'Université du Manitoba, en discutent.

« Il faut penser à changer des structures de manière plus générale. […] C’est aussi là l’importance du mot "systémique", que le gouvernement refuse de prononcer pour l’instant, constate Sébastien Brodeur-Girard. [...] Les solutions existent, elles sont là. C’est la volonté politique qui n’est pas là pour les appliquer. »

La Dre Josée Lavoie rapporte de nombreux cas de discrimination dans le système de santé envers les Autochtones au Manitoba et ailleurs : « Il faut vraiment mettre en place des mécanismes qui vont convaincre les provinces, jusqu’à un certain point, de continuer à travailler vers le principe commun d’antiracisme. »

Alors que les crises entre Autochtones et Blancs se multiplient au Canada, Michèle Audette soutient que « le statu quo nous amène à manifester, à dénoncer, et on est de plus en plus éduqués, donc on va aller jusqu’en cour internationale pour dire ce qui se passe ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Bien entendu

  • OK Boomer