•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les faits d'abord

Avec Alain Gravel

Le samedi de midi à 13 h
(en rediffusion le dimanche à 3 h)

L’influence de la droite religieuse aux États-Unis est loin de s’essouffler

Le pasteur Andrew Brunson, qui a un genou par terre, met sa main sur l'épaule de Donald Trump, qui est assis.

Le président américain Donald Trump rencontre le pasteur Andrew Brunson à la Maison-Blanche.

Photo : Getty Images / Mark Wilson

Après les trois jours d'hommages officiels à la défunte juge Ruth Bader Ginsberg, le président américain, Donald Trump, devrait annoncer samedi soir le nom de celle qui la remplacerait à la Cour suprême : Amy Coney Barrett, la candidate rêvée de la droite religieuse américaine. Si Donald Trump agit aussi rapidement, c'est pour répondre aux demandes de sa base, qui espère ancrer durablement la Cour suprême dans le conservatisme et modifier profondément la société américaine. André Gagné, professeur agrégé au Département d'études théologiques de l'Université Concordia, explique quelle est cette base religieuse qui appuie à ce point Donald Trump.

« On ne peut se surprendre de ce choix. Trump a toujours été très clair avec le fait qu’il allait mettre, s’il avait l’occasion de le faire, des juges conservateurs, préférablement même pro-vie », affirme André Gagné.

À l'heure actuelle, les États-Unis comptent près de 95 millions d’évangéliques. En 2016, 81 % d’évangéliques blancs ont voté pour Donald Trump.

Aucun candidat à la présidence ne peut se permettre de négliger cette base.

André Gagné

Pour bon nombre d’évangéliques, un mythe s’est constitué autour de Donald Trump : il serait un élu de Dieu. « Il est perçu comme un homme qui arrive à point pour justement aider et s’assurer que les valeurs judéo-chrétiennes demeurent ancrées dans la société américaine », explique André Gagné.

Référence
Ces évangéliques derrière Trump : hégémonie, démonologie et fin du monde, d'André Gagné, Labor et Fides, 2020

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Bien entendu

  • OK Boomer