•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les faits d'abord

Avec Alain Gravel

Le samedi de midi à 13 h
(en rediffusion le dimanche à 3 h)

La crise des opioïdes s’est aggravée pendant la pandémie

Une seringue, des pilules et de la poudre placés aléatoirement..

Le fentanyl est l'opioïde le plus meurtrier en Colombie-Britannique.

Photo : Shutterstock / Chirachai Phitayachamrat

La crise des opioïdes poursuit son cours, aggravée en plus par la pandémie. Le Québec et la Saskatchewan rapportent des niveaux historiques de décès par surdose. En Colombie-Britannique, plus de 170 décès par surdose ont été signalés pour un troisième mois d'affilée, ce qui représente plus de 5 décès par jour depuis le début de l'année. Devant cette situation, l'administratrice en chef de la santé publique au Canada, Theresa Tam, a suggéré d'ouvrir le débat sur la décriminalisation des drogues dures. Le gouvernement Trudeau écarte pour l'instant cette suggestion.

Alain Gravel fait le tour de cette situation avec le Dr Jean Robert, qui vient en aide aux personnes dépendantes aux drogues, Mathieu Cloutier, un utilisateur de drogues traité par le Dr Robert et avec le Dr Brian Conway, directeur du Centre des maladies infectieuses de Vancouver.

Mathieu Cloutier rapporte que la pandémie a créé un manque généralisé de drogues et qu’elles sont fabriquées artisanalement avec diverses substances par des trafiquants, ce qui les rend plus dangereuses. Le Dr Jean Robert précise que les nouvelles drogues contiennent beaucoup de produits de la famille des stimulants (amphétamines, ecstasy, cocaïne). « On a déboussolé les gens. On les a privés des services sociaux et de l’accès aux services médicaux. Si ces gens ont une instabilité, il n’y a vraiment aucune façon de les rattraper. Cela mène à une augmentation du taux d’utilisation de drogues et à une augmentation du nombre de surdoses », affirme le Dr Brian Conway.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Bien entendu

  • OK Boomer