•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À qui la responsabilité du recyclage du verre au Québec?

Les faits d'abord

Avec Alain Gravel

Le samedi de midi à 14 h

À qui la responsabilité du recyclage du verre au Québec?

 Bouteilles de verre dans la neige

Au Québec, la très grande majorité des bouteilles de verre récupérées sont envoyées dans des sites d'enfouissement faute de qualité.

Photo : Radio-Canada

L'élargissement par Québec du système de consigne n'est qu'un premier pas pour assurer le recyclage du verre au Québec, selon Marc Olivier, professeur et chercheur en gestion des matières résiduelles à l'Université de Sherbrooke, et Suzanne Roy, présidente par intérim de l'Union des municipalités du Québec et mairesse de Sainte-Julie.

Marc Olivier explique que le verre jeté pêle-mêle dans les bacs de récupération est contaminé par les autres débris, si bien que des centres de tri peuvent payer jusqu'à 35 $ la tonne pour s'en débarrasser. Ce n'est pas normal, constate-t-il.

Le professeur et chercheur déplore que, depuis 20 ans, il n'y ait plus d'organisation responsable de la qualité du tri des matières résiduelles au Québec. Il croit que la réduction de l'emballage à la source ne représente qu'une infime partie de la solution.

La solution, c'est la responsabilité. Tant qu'il n'y aura personne de responsable pour qu'on fasse véritablement le recyclage des matières qu'on récupère par la collecte sélective, on n'ira nulle part.

Marc Olivier, professeur et chercheur en gestion des matières résiduelles à l'Université de Sherbrooke

Les citoyens sont prêts à fournir leur part d'efforts, selon Suzanne Roy. S'ils font l'effort de faire le tri, ils veulent que ce soit véritablement récupéré, dit-elle. Selon la mairesse de Sainte-Julie, autant les producteurs de verre que le gouvernement doivent prendre leurs responsabilités à cet égard.

L'exemple de Saint-Denis-de-Brompton

Depuis plus de cinq ans, la municipalité de Saint-Denis-de-Brompton offre à ses citoyens de collecter leurs bouteilles de verre. Le verre est par la suite expédié à Saint-Jean-sur-Richelieu pour être décontaminé avant d'être redirigé à Montréal, où il est fondu pour redevenir du verre.

Lors de la première livraison, en septembre 2015 la municipalité fournissait l'équivalent d'un camion tous les deux mois. Depuis début 2019, c'est un camion toutes les deux semaines, selon Colette Lemieux, responsable du Comité du verre de Saint-Denis-de-Brompton. Elle estime que plus d'une cinquantaine de municipalités ont suivi l'exemple de cette petite ville située en Estrie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi