Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel anime l'émission de radio Les faits d'abord à ICI Première.
Audio fil du samedi 28 septembre 2019

Effort climatique : politiciens et citoyens doivent collaborer

Publié le

La photo est remplie de haut en bas de centaines de visages anonymes et de pancartes avec des slogans.
Selon les organisateurs, environ 500 000 personnes ont marché pour le climat, à Montréal, vendredi 27 septembre.   Photo : Ivanoh Demers

Pour une rare fois, au lendemain de la marche qui a rassemblé 500 000 personnes à Montréal, Dominic Champagne et Yves-Thomas Dorval sont d'accord : les gouvernements doivent presser le pas afin de réduire la portée des changements climatiques. Au micro d'Alain Gravel, l'instigateur du Pacte pour la transition affirme que la classe politique doit cesser d'excuser son inaction avec des investissements, et le président du Conseil du patronat du Québec fait valoir que le public doit changer ses habitudes de vie.

« Visiblement, malheureusement, ni M. Trudeau ni M. Legault […] ne prennent ça au sérieux, déplore Dominic Champagne. Ils ne sont pas à la hauteur de l’exigence posée, pas par moi, pas par Greta Thunberg, mais par la science : il faut diminuer de façon urgente [les émissions de gaz à effet de serre]. Alors, ce ne sont pas les investissements de 80 millions dans les technologies vertes que le ministre Fitzgibbon et le ministre Charette nous annonçaient hier matin, alors qu’ils caressent le projet de 10 à 12 milliards d’un gazoduc au nord […], qui vont régler le problème. »

Les électeurs doivent donner le ton

Yves-Thomas Dorval, lui, croit en la nécessité d’investir. Il renvoie par ailleurs aux citoyens la responsabilité de donner la cadence en diminuant la demande pour les produits les plus polluants, comme certains véhicules. « L’acceptabilité sociale s’applique aussi ici », dit-il.

Il poursuit : « Les politiciens, à la fin, doivent faire preuve de leadership, mais il faut aussi qu’ils sentent qu’il va y avoir une acceptabilité sociale derrière. On a vu Macron avec les gilets jaunes, en France. Quand on parle du transport, quand on parle même d’agriculture, c’est la demande des consommateurs, aussi. […] C’est clair qu’il faut faire un changement [draconien], mais il faut le faire avec le monde. »

Chargement en cours