Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 18 décembre 2018

Les populations d’oiseaux ont baissé de 12 % au Canada depuis les années 1960

Publié le

Une envolée de bécasseaux minuscules
Les oiseaux de rivage, comme le bécasseau minuscule, font partie des espèces en déclin au pays.   Photo : iStock

Ron Bazin, biologiste spécialiste des espèces en péril au Service canadien de la faune, souligne qu'il y a moins d'oiseaux aujourd'hui au Canada qu'il y a quelques décennies. Les populations les plus en déclin sont celles des oiseaux des prairies, des insectivores aériens et des oiseaux de rivage. L'utilisation de pesticides, qui diminuent les populations d'insectes, la destruction des habitats naturels en raison de l'activité humaine et le réchauffement de la planète ont contribué à cette baisse au pays.

Ce sont les oiseaux migrateurs qui sont les plus touchés par le réchauffement climatique, surtout ceux qui viennent de l’Amérique du Sud et qui parcourent de très longues distances.

La migration des oiseaux s’effectue selon le rythme des saisons. Or, la hausse des températures vient brouiller les pistes, en quelque sorte, pour la faune aviaire migratoire.

Les saisons sont maintenant décalées, avec des printemps de plus en plus hâtifs et des automnes de plus en plus tardifs, ce qui fait en sorte que l’arrivée et le départ des oiseaux sont modifiés. Résultat : les oiseaux migrateurs arrivent en retard par rapport au cycle d'éclosion des œufs d'insectes.

Le Recensement des oiseaux de Noël

Pour améliorer les connaissances des scientifiques sur la répartition des oiseaux au Canada et l’état des populations, des dizaines de milliers de bénévoles participent ces jours-ci au 119e Recensement des oiseaux de Noël, qui bat son plein jusqu’au 5 janvier 2019.

Ce recensement, qui se tient depuis l’année 1900 à différents endroits en Amérique du Nord, est très important, plaide Ron Bazin. Sans les précieuses informations qu'il fournit, il serait très difficile, dit-il, de déterminer les causes du déclin chez les populations d’oiseaux.

Chargement en cours