Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 10 décembre 2018

Gare aux rançongiciels, ces logiciels qui bloquent le contenu de votre disque dur

Publié le

Un pirate informatique à l'œuvre
Les pirates informatiques sont nombreux, alors méfiez-vous.   Photo : iStock / scyther5

Des milliers d'attaques par rançongiciels, ces logiciels malveillants qui verrouillent votre ordinateur ou vos appareils mobiles, ou encore qui cryptent vos fichiers, ont lieu chaque jour partout dans le monde. Pour éviter de tomber dans le piège des rançongiciels, qui affectent autant les entreprises et les gouvernements que monsieur et madame Tout-le-Monde, il est important, entre autres, de se munir d'un logiciel antivirus et de ne pas cliquer trop rapidement sur les courriels non attendus que vous recevez, souligne José Fernandez, professeur et expert en programmes malveillants à Polytechnique Montréal.

Les rançongiciels, qui se nomment ainsi parce qu'une rançon est demandée pour retrouver vos données, s’installent dans votre ordinateur une fois que vous avez cliqué, par exemple, sur un lien qui vous a été envoyé dans un courriel malicieux.

Ce qui va arriver, c’est qu’on va chiffrer tous vos documents, on va les bloquer, on va les verrouiller, mais la clé pour les déverrouiller se trouve dans le serveur des pirates.

José Fernandez, professeur et expert en programmes malveillants à Polytechnique Montréal

Le Québec, pas « très brillant »

Récemment, la municipalité régionale de comté (MRC) de Mékinac, en Mauricie, a été victime d’une cyberattaque par rançongiciels. Des employés ont en effet découvert dans leurs ordinateurs un message qui les informait qu’ils avaient perdu l’accès à tous leurs fichiers. Pour avoir à nouveau accès à ses données, la MRC a dû débourser 30 000 $ en cryptomonnaie auprès du cybermalfaiteur.

Selon José Fernandez, cette histoire démontre à quel point le Québec est mal outillé pour faire face aux cyberattaques par rançongiciels. Il montre du doigt le gouvernement provincial, qui n’est pas assez proactif, dit-il, dans la lutte contre ce genre de cybercriminalité.

Il faut que le gouvernement prenne un certain leadership en matière de réglementation, en matière de conseils. Pas seulement par rapport à [sa propre sécurité], mais aussi pour protéger les entreprises québécoises, les organismes, les sociétés d’État, les municipalités, tout ce qui est de son ressort, y compris les hôpitaux. Jusqu’à présent, ça n’a pas été très, très brillant.

José Fernandez, professeur et expert en programmes malveillants à Polytechnique Montréal

Chargement en cours