Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du jeudi 29 novembre 2018

Agroalimentaire : beaucoup d’entreprises hésitent à dénoncer la fraude alimentaire

Publié le

Des bouteilles d'huile d'olive disposées sur une table.
L'huile d'olive figure parmi les produits où l'on constate de nombreux cas de fraude alimentaire.   Photo : iStock / fcafotodigital

Bien qu'ils sachent ce qu'est une fraude alimentaire, les acteurs de l'industrie agroalimentaire se sentent mal équipés pour la reconnaître. Voilà ce que révèle une étude menée par le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) auprès de 400 entreprises. Il en ressort aussi que de nombreux acteurs de l'industrie hésitent à dénoncer les cas de fraude dont ils sont témoins. « Seulement 39 % des entreprises nous ont dit avertir les autorités », note Ingrid Peignier, coauteure de l'étude.

Une majorité d’entreprises qui constatent un cas de fraude avec un de leurs fournisseurs préfèrent en parler directement avec lui plutôt que de le signaler à l'Agence canadienne d'inspection des aliments ou le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec.

Rappelons que la fraude alimentaire est un acte délibéré réalisé dans le but de tromper le consommateur pour un gain économique.

Souvent, souligne Ingrid Peignier, c'est la relation de confiance établie entre les acteurs de l'industrie qui empêche l'un de dénoncer l'autre, et vice-versa.

Quand il y a une relation de longue date avec un fournisseur, on n'a peut-être pas envie de le dénoncer. Et on va régler le problème à l’interne.

Ingrid Peignier, coauteure de l'étude du CIRANO

Cette étude a aussi été réalisée en collaboration avec l'Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels (Université Laval) et le Consortium de recherche et innovations en bioprocédés industriels au Québec.

Chargement en cours