•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

Le manque d’activité physique chez les enfants canadiens, une réalité inquiétante

Audio fil du lundi 26 novembre 2018
Un enfant regarde la télévision.

La sédentarité est un gros problème chez les enfants, notamment en raison de l'omniprésence des écrans.

Photo : iStock

« Les enfants s'assoient encore trop et ne bougent pas assez pour pouvoir se développer. Ça, c'est clair. On fait face à une épidémie [...] mondiale d'inactivité chez les enfants », déplore Pierre Morin, directeur des opérations pour l'organisme ParticipACTION au Québec. Il réagit ainsi à la publication d'un rapport élaboré par le réseau Active Healthy Kids Global Alliance, auquel ParticipACTION a pris part, qui conclut que le Canada, comparé à 48 autres pays, fait piètre figure à ce chapitre.

Malgré les campagnes de sensibilisation et les investissements en infrastructures, les jeunes Canadiens bougent de moins en moins. « Ce qui est vraiment dommageable, c’est le temps que nos enfants passent devant un écran de façon récréative », note Pierre Morin.

Celui-ci souligne que 51 % des jeunes au pays passent plus de temps de loisir devant un écran que ce que recommandent les Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures. Pierre Morin déplore que certains adolescents passent entre 6 et 15 heures par jour, les fins de semaine, rivés à un écran. Selon lui, certains parents ne mettent pas assez de limites par rapport au temps d'utilisation des écrans.

L’activité physique ne fait pas partie de nos vies [ni] de la vie de nombreuses familles. Alors, les jeunes se réfugient [dans l’inactivité]. Spontanément, lorsqu’on a du temps libre, on ne pense pas à aller dehors, à être actif.

Pierre Morin, directeur des opérations pour l'organisme ParticipACTION au Québec

S’inspirer de ce qui se fait ailleurs

Selon Pierre Morin, le Canada devrait réfléchir aux approches préconisées dans d’autres pays. « Aux Pays-Bas, tout le monde va faire du transport actif, parce que c’est dans leur culture de faire du vélo. En Slovénie, faire de l’activité physique fait partie de l’identité nationale. Au Japon, tout le monde pense que faire de l’activité physique, c’est important. [...] Ça fait partie [de la culture]. »

Malgré le rapport accablant du réseau Active Healthy Kids Global Alliance, le directeur des opérations pour l’organisme ParticipACTION au Québec ne baisse pas les bras. Pierre Morin n’hésite pas à vanter les bienfaits de l’activité physique.

L’activité physique peut avoir des répercussions sur tellement d’autres sphères de l’activité humaine. [...] Ça nous permet de vieillir mieux [...], de décompresser mieux, de dormir mieux, de digérer mieux. Les bienfaits de l'activité physique sur l’activité du cerveau sont scientifiquement prouvés. [...] Tout va tellement mieux quand on bouge.

Pierre Morin, directeur des opérations pour l'organisme ParticipACTION au Québec

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi