Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 13 novembre 2018

La rémission complète du diabète de type 2 passerait, entre autres, par le jeûne intermittent

Publié le

Une femme mange.
Le jeûne intermittent, combiné à d'autres pratiques, aurait de nombreux bienfaits sur la santé des personnes diabétiques.   Photo : iStock

Manger sur de petites fenêtres serait un des moyens qui contribueraient à faire régresser et disparaître le diabète de type 2 chez les personnes souffrant de cette maladie chronique, plaide Martin Juneau, cardiologue à l'Institut de cardiologie de Montréal, qui vient d'annoncer la création d'une clinique dédiée à la prévention du diabète. « Le but, [...] c'est vraiment de prendre ces gens-là en main [...] et d'avoir un programme très intensif pour ramener la glycémie à des niveaux normaux, dans le but ultime de ne plus donner de médicaments », dit-il. Et cela passerait, entre autres, par le jeûne intermittent.

Le Dr Juneau s’intéresse de près aux recherches portant sur le jeûne intermittent. Même s’il était « prudent » jusqu’à il y a encore quelques mois quant à l’efficacité de cette pratique, le cardiologue a quelque peu changé son fusil d’épaule, notamment en raison de certaines recherches menées récemment en Californie et en Ontario, qui tendent à démontrer les bienfaits de cette pratique sur la santé des personnes souffrant du diabète de type 2.

« Là, on commence à avoir de l’expérience avec des cas précis et avec de très bons succès. Et c’est surprenant, mais c’est bien toléré », explique le cardiologue au sujet du jeûne intermittent, où les patients alternent des journées d’alimentation normale avec des journées très réduites en calories, ou de jeûne complet. « Ça permet à votre corps d’aller chercher les graisses pour la dépense énergétique plutôt que les sucres, parce que les sucres ne sont pas disponibles. »

Manger une fois par jour, « très facile à faire »

Selon le cardiologue, il est possible pour une personne de souper et de ne pas manger avant le lendemain soir, à la même heure que la veille. « Il y a différents modèles : il y en a qui vont préférer [manger] un jour sur deux. Mais ça, je trouve, en lisant les rapports et en parlant aux gens, que c’est difficile à faire, […] mais manger seulement le soir, c’est très facile à faire. Vous êtes habitués après deux jours. »

Le Dr Juneau tient à préciser que le programme qui sera offert à la Clinique de prévention du diabète à partir de décembre ne sera pas basé uniquement sur le jeûne intermittent, loin de là. « On utilise toutes les approches », tient-il à spécifier, en évoquant les restrictions caloriques classiques, les diètes faibles en sucres ou encore les diètes cétogènes.

Le Dr Juneau sera accompagné d’une équipe multidisciplinaire composée d’une infirmière, d’un kinésiologue, d’une nutritionniste et du personnel médical comprenant des cardiologues, des internistes et des omnipraticiens.

Rappelons qu'un Canadien sur trois souffre de diabète ou de prédiabète.

Chargement en cours