Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 15 octobre 2018

Juul, une nouvelle vapoteuse qui n’est pas sans danger pour les jeunes

Publié le

Une cigarette électronique Juul et un paquet de cartouches aromatisées
Les cartouches aromatisées de la cigarette électronique Juul viennent dans un emballage attrayant.   Photo : Radio-Canada / Katie Nicholson/CBC

Depuis son lancement aux États-Unis il y a un an, la marque Juul a conquis plus de la moitié des parts de marché américaines en matière de vapoteuses. Annie Montreuil, professeure associée au Département de psychologie de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), s'inquiète de voir cette nouvelle technologie de cigarettes électroniques convaincre de plus en plus de jeunes d'ici de se mettre à fumer. La vapoteuse Juul est commercialisée au pays depuis son approbation par Santé Canada en mai dernier.

Des cigarettes électroniques Juul ont déjà été repérées dans plusieurs écoles secondaires du Québec et du Canada, ce qui peut encourager la dépendance à la nicotine et potentiellement nuire au développement du cerveau des jeunes, souligne la professeure.

Auparavant, on pensait que ça prenait un an ou deux avant que quelqu’un développe une dépendance à la nicotine.

Annie Montreuil, professeure associée à l'Institut national de santé publique du Québec

Aujourd’hui, les recherches ont démontré que certaines personnes peuvent développer une dépendance en deux mois, rappelle-t-elle.

Plus petite et plus concentrée que les autres vapoteuses

Développée par la compagnie Vapor System, la cigarette électronique de marque Juul a la forme d’une clé USB et produit moins d’odeur et de fumée que les autres vapoteuses. Elle est donc plus facile à dissimuler.

Son procédé de combustion unique libère aussi une plus grande concentration de nicotine que les autres cigarettes électroniques. Ainsi, une quantité du produit combustible pour cigarette électronique Juul de la grosseur d’un pouce serait l’équivalent en nicotine d’un paquet de cigarettes, explique Annie Montreuil.

Risque pour les femmes enceintes et les jeunes

Il existe un consensus autour du fait que la cigarette électronique est moins dommageable à court terme que la cigarette ordinaire, parce qu’il n’y a pas de combustion de feuilles de tabac. Cependant, elle n’est pas sans danger pour les femmes enceintes et les jeunes. En effet, autant la nicotine fumée dans une vapoteuse que dans une cigarette ordinaire pourrait nuire au développement du cerveau, selon ce que suggèrent certaines études.

La professeure associée à l’Institut national de santé publique du Québec rappelle également une recherche qui démontrait qu’en 2016-2017, près de 10 % des jeunes sondées au Québec disaient avoir fumé la cigarette électronique dans les 30 derniers jours. Il s’agirait également d’un facteur de risque additionnel qui pourrait, plus tard, encourager la consommation de cigarette ordinaire, ajoute-t-elle.

Références :

« Vapotage », publié sur le site web du Gouvernement du Canada
« Adoption du projet de loi S-5 : la cigarette électronique bientôt réglementée », publié sur le site web de Québec sans tabac, mai 2018
« F.D.A. Seizes Documents From Juul Headquarters », Jan Hoffman, publié sur le site web du New York Times, octobre 2018

Chargement en cours