Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Craig
Audio fil du mardi 25 septembre 2018

Les bienfaits de l'accompagnement pour les personnes aidantes

Publié le

Deux femmes font une accolades en regardant vers le photographe.
Véronique et Danielle ont été jumelées par Parrainage civique de Montréal.   Photo : Parrainage civique de Montréal

Nombreux sont ceux et celles qui aimeraient faire du bénévolat, mais un engagement qui s'ajoute à un horaire déjà chargé en freine plusieurs. Pourtant, en seulement cinq heures par mois, on peut changer sa vie et celle de quelqu'un d'autre. Andréa Larochelle, de Parrainage civique Montréal, explique qu'autant le bénévole que les personnes avec des limitations trouvent leur compte dans le parrainage civique.

Le concept du parrainage civique est arrivé au Québec au milieu des années 70 pour valoriser le rôle des accompagnateurs des personnes qui vivent avec une limitation physique ou intellectuelle. Actuellement, il y a 85 parrainages actifs sous l'égide de l’organisme montréalais membre du Regroupement québécois du parrainage civique.

Responsable du programme d’intégration, Andréa Larochelle explique que les jumelages sont faits afin de créer des relations égalitaires d’amitié entre les bénévoles et les « filleuls », c'est-à-dire les personnes avec des limitations que l'organisme jumelle.

« Souvent quand je crée des jumelages, les bénévoles […] veulent montrer des choses », raconte-t-elle. Cependant, à mesure que la relation grandit, ceux-ci comprennent qu’ils en apprennent tout autant sur eux-mêmes et sur la société. »

Andréa Larochelle explique qu’elle tente de trouver des gens avec des intérêts similaires, par exemple des amateurs de BD, pour trouver des atomes crochus entre un amateur autiste, par exemple, et un non-autiste. Elle cherche à mettre en place les conditions pour que se crée une complicité, un gage pour qu'une relation dure plus longtemps.

Pour être parrain ou marraine civique au Québec, on doit s’engager à offrir au minimum 5 heures par mois sur une durée minimum d’un an. La relation la plus longue actuellement dans le centre est un parrainage qui existe depuis 27 ans.

Références :

Site web de Parrainage civique Montréal
Page Facebook de Parrainage civique Montréal
Site web du Regroupement québécois du parrainage civique

Chargement en cours