Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 19 septembre 2018

Pénurie de main-d’œuvre : les PME doivent contribuer et embaucher des immigrants

Publié le

Un travailleur immigrant
Un travailleur issu de l'immigration à l'œuvre dans une entreprise forestière.   Photo : iStock

Les entreprises d'ici qui vivent une pénurie de main-d'œuvre ont un rôle important à jouer dans l'intégration et l'embauche des nouveaux arrivants, plaide Brahim Boudarbat, professeur titulaire à l'École des relations industrielles de l'Université de Montréal et directeur de l'Observatoire de la Francophonie économique. Il trouve étrange que les PME tirent la sonnette d'alarme d'un côté, et que, de l'autre, elles soient réticentes à se tourner vers les immigrants pour répondre à leurs besoins.

Selon une récente étude menée par la Banque de développement du Canada, seulement 18 % des chefs d'entreprise font du recrutement auprès des travailleurs immigrants qualifiés, alors que la très grande majorité se tourne plutôt vers des retraités ou des jeunes qu'ils forment en entreprise.

Selon Brahim Boudarbat, les employeurs québécois et canadiens doivent faire leurs devoirs. Les gouvernements auront beau faire tout ce qu’ils peuvent en matière de sélection des immigrants, ce sont les employeurs, finalement, qui ont le dernier mot en matière d’embauche, explique-t-il.

Sans minimiser le rôle des immigrants, qui doivent eux aussi y mettre du leur, par exemple en choisissant d’aller vivre en région plutôt qu’à Montréal, Brahim Boudarbat estime que les employeurs doivent être cohérents avec leur discours.

L’immigrant a quelque chose à faire, le gouvernement aussi, mais en dernier lieu, c’est l'employeur qui décide ou non d’employer l’immigrant, de reconnaître ses compétences. [...] C’est une problématique importante dont on ne parle pas beaucoup dans la présente campagne électorale.

Brahim Boudarbat, professeur titulaire à l'École des relations industrielles de l'Université de Montréal

Chargement en cours