Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 10 septembre 2018

L’importance de parler de sa maladie mentale à ses enfants

Publié le

Un jeune père est en discussion avec son fils.
Un jeune père parle avec son fils.   Photo : iStock

« Lorsqu'on cache quelque chose et qu'on laisse l'enfant dans le secret [...], ce n'est pas une position tenable à long terme », dit la pédopsychiatre Céline Lamy au sujet des parents qui, pour protéger leurs enfants ou par honte, refusent de leur parler de leur problème de santé mentale. L'expérience de cette mère de jumeaux qui a souffert d'une dépression il y a quelques années l'a convaincue que les enfants devaient être informés clairement pour comprendre et développer des stratégies d'adaptation.

Selon Céline Lamy, le silence peut avoir des répercussions néfastes chez les enfants, pour qui la maladie d’un parent représente déjà un véritable ouragan dans leur vie. « L’enfant est tenu dans le secret, mais il ressent en permanence ce qui se passe », explique la pédopsychiatre.

Il peut alors développer des troubles anxieux, de la colère, de l’incertitude, de la confusion et de la culpabilité, en plus d'avoir des conséquences psychologiques à long terme.

Voilà pourquoi il est important pour un parent de s’asseoir avec ses enfants et de leur parler de sa condition, que ce soit la dépression, la bipolarité, la schizophrénie, les troubles anxieux ou un des troubles de la personnalité.

En parler en utilisant le conte

Avec son livre Il pleut à la maison : parler de votre santé mentale à vos enfants, Céline Lamy propose d'accompagner les parents, pas à pas, dans un dialogue avec leurs enfants, leur permettant ainsi de sortir du secret.

L’auteure propose, entre autres, l’utilisation du conte. « L’idée du conte, c’est l’idée de la métaphore : on emploie effectivement des messages très indirects dans les métaphores, qui viennent parler à l'inconscient de l’enfant sans que cela réactive ses défenses. [...] Ça permet parfois de parler de choses extrêmement douloureuses sur un mode créatif, imaginatif. C’est un outil puissant. »

À travers le conte, l'enfant peut s'attacher à un personnage imaginaire, qui vit des situations proches de lui, explique la pédopsychiatre.

Chargement en cours